La conseillère Audrey Bureau a dépensé, à elle seule, plus que les cinq élus du secteur Hull.

Audrey Bureau en tête pour les dépenses en publicité

Depuis le début du présent mandat, les conseillers municipaux ont pris l’habitude de se faire rembourser des dépenses en publicité de toutes sortes. Une compilation réalisée par Le Droit pour les six premiers mois de l’année 2019 démontre que l’utilisation qui est faite de la publicité n’est pas égale d’un élu à l’autre. Certains n’ont pas dépensé un rond pour souligner leur implication dans leur district, alors que d’autres ont dépensé plusieurs milliers de dollars.

La conseillère du district d’Aylmer, Audrey Bureau, apparaît tout en haut de la liste. Elle s’est fait rembourser 7693 $ du fonds pour les frais de support administratif, technique et de recherche en achat de publicité pour les mois de janvier à juin dernier. À elle seule, elle a dépensé plus que les cinq élus du secteur Hull.

Mise au fait par Le Droit de son niveau de dépense par rapport à ses collègues du conseil municipal, Mme Bureau affirme que «dans la mesure où ça respecte la politique, je suis tout à fait à l’aise avec ça». La conseillère mentionne qu’il n’y a jamais de discussions officielles au conseil sur l’utilisation des deniers publics par les conseillers pour le remboursement de frais publicitaires. «Chacun est libre de dépenser comme il l’entend, dit-elle. Là, j’apprends que mes dépenses sont plus élevées que celles des autres conseillers, mais comme on n’a jamais eu de discussion entre élus sur l’utilisation de ces fonds, je suis tout à fait à l’aise.»

À LIRE AUSSI : Près de la moitié des dépenses faites par les élus d’Aylmer

Le président du conseil, Daniel Champagne, est responsable du respect des règles en la matière. Il explique que la possibilité pour les élus de se faire rembourser des frais publicitaires existait auparavant, mais qu’elle était très peu utilisée. Une nouvelle tendance semble toutefois s’installer depuis deux ans. «Des collègues cherchaient une façon de promouvoir leur contribution et celle de la Ville dans leur district et c’était bien normal. Ça se fait au provincial et au fédéral. Certains élus jugent que ce n’est pas pertinent, et d’autre oui et c’est tout à fait autorisé de le faire.»

M. Champagne précise que certaines règles encadrent l’utilisation de la publicité. Entre autres, la publicité ne doit pas être partisane et ne doit pas servir à financer un organisme religieux. Dans ce contexte, l’achat de publicité dans un feuillet paroissial comme l’a fait la conseillère Nathalie Lemieux pour une somme totale de 790 $ pourrait porter à réflexion, dit-il.

Audrey Bureau explique s’être pour sa part donné des lignes directrices bien précises pour encadrer elle-même l’utilisation qu’elle fait de la publicité. «Je dépense pour soutenir les organismes communautaires du secteur, je le fais aussi pour soutenir mon journal local, le Bulletin d’Aylmer, et finalement pour aider des organismes plus grande ville qui, par exemple, agissent dans le domaine du développement durable et de l’environnement.»

Le secteur Aylmer regorge d’organismes communautaires qui sont très actifs, note la conseillère Bureau. «En achetant de la publicité pour leurs événements, ça me permet de les soutenir financièrement, dit-elle. C’est important. Leurs sources de revenus sont restreintes. Et ceux qui sont financés par la Ville n’ont pas vu leurs montants être indexés depuis des années.» Ses publications dans le Bulletin d’Aylmer prennent la forme d’une «capsule informative» touchant directement son quartier. «Ce n’est pas juste pour ma photo, insiste Mme Bureau. J’aborde des sujets qui souvent n’ont pas été couverts par les médias.»

+

LES DÉPENSES EN PUBLICITÉS DES CONSEILLERS MUNICIPAUX

(Janvier à juin 2019)

- Audrey Bureau: 7693 $

- Gilles Chagnon: 5466 $

- Jean-François LeBlanc: 5200 $

- Mike Duggan: 4602 $

- Louise Boudrias: 2505 $

- Marc Carrière: 2500 $

- Daniel Champagne: 2250 $

- Cédric Tessier: 2081 $

- Renée Amyot: 1955 $

- Jocelyn Blondin: 1855 $

- Martin Lajeunesse: 1220 $

- Nathalie Lemieux: 1195 $

- Jean Lessard: 1100 $

- Maude Marquis-Bissonnette: 1041 $

- Pierre Lanthier: 950 $

- Myriam Nadeau: 10 $

- Isabelle N. Miron: 0 $

- Gilles Carpentier: 0 $

TOTAL: 41 623 $


*Source: Relevé des frais de support administratif, technique et de recherche