Les opérations de soufflage de la neige sont enclenchées sur le territoire gatinois.

Au cœur d’une opération soufflage à Gatineau [VIDÉO]

Enclenchées il y a trois semaines, les opérations de soufflage vont bon train sur le territoire de Gatineau alors que 60 centimètres de neige sont tombés depuis le jour de l’An. Il s’agit jusqu’ici du mois de janvier le plus enneigé depuis 2012.

Les médias étaient invités à voir de leurs propres yeux de tels travaux mercredi au cœur d’un quartier résidentiel non loin de l’école secondaire Grande-Rivière, dans le secteur Aylmer.

Que ce soit avec du soufflage des amas de neige en rive (sur les terrains adjacents) ou dans un camion, les niveleuses, chenillettes, souffleuses et camions de déneigement étaient à l’œuvre pour élargir et sécuriser les rues ciblées. À l’avant du convoi, un signaleur, dont le rôle est crucial, garde aussi un œil sur les travaux.

« Partout où c’est sécuritaire de le faire, l’opérateur va souffler en rive de rue. Si on ne le fait pas, c’est parce que soit il y a un aménagement paysager très élaboré, une haie de cèdres, une clôture ou que c’est carrément dangereux pour le public. Il pourrait y avoir un triangle de visibilité qui est bloqué. À ce moment-là, on va charger (la neige) en camion. Ce qui coûte alors plus cher, c’est qu’il faut la transporter. Ici, aujourd’hui, on est à une quinzaine de kilomètres à l’aller et au retour. C’est le délai et il y a aussi tout le côté environnemental et le trafic de véhicules lourds. On essaie le plus possible de souffler en rive de rue », note le chef de division à la voirie, Stéphane Émond.

La priorité est accordée au centre-ville, aux parcours de la Société de transport de l’Outaouais, aux corridors scolaires ainsi qu’aux artères principales du réseau routier. Dans certaines rues jugées non prioritaires et qui ne sont pas dotées de trottoirs, on peut aussi procéder à du soufflage si la largeur réglementaire de 3,7 mètres pour chaque voie n’est pas atteinte.

Lorsqu’il n’y a pas de précipitations et donc d’opérations de déneigement, jusqu’à huit équipes de cols bleus peuvent être assignés au soufflage.

Nouveauté cet hiver, la Ville expérimente un projet pilote de soufflage en continu avec la présence en continu sur le terrain de deux équipes affectées exclusivement aux opérations de soufflage.

Quelques jours après la tempête qui a laissé 21 centimètres sur son sillage dans la région le week-end dernier, M. Émond affirme que la situation est « sous contrôle » et assure que l’ensemble des trottoirs situés aux abords des établissements scolaires ont été dégagés.

En date de mercredi, un total de 68 requêtes liées au soufflage de la neige avaient été compilées au Centre d’appels non-urgents (311) de la Ville de Gatineau. Il s’agit d’une baisse de 45 % par rapport à la même période l’an dernier, mais notons que l’hiver avait été davantage neigeux.

Le bruit, l’étroitesse des rues et le soufflage sur les terrains des citoyens sont au nombre des plaintes les plus fréquemment enregistrées au 311. Ironiquement, ajoute M. Émond, certains se plaignent aussi que de telles opérations ont lieu trop souvent à leur goût.

Les milliers de mètres cubes de neige soufflés dans des camions sont acheminés aux cinq dépôts à neige situés dans les secteurs Hull, Gatineau, Buckingham et Masson-Angers. Dans le cas du secteur Aylmer, la Ville peut utiliser le dépôt privé, moyennant des frais.

+

EN CHIFFRES...

  • 200 cols bleus assignés au déneigement à Gatineau
  • 160 pièces d’équipement servent au déneigement
  • 8 équipes de jour (et 8 de nuit) se consacrent au soufflage
  • 6 dépôts à neige 
  • 350 000 mètres cubes: la capacité maximale du plus gros des 6 dépôts à neige (rue Buteau)
  • 60 secondes ou moins: temps nécessaire pour remplir de neige la benne d’un camion 10 roues
  • 104 cm de neige tombés jusqu’ici cette saison (148 cm à la même période en 2019)

Source : Ville de Gatineau