L’aréna Baribeau accueillera temporairement les Olympiques de Gatineau.
L’aréna Baribeau accueillera temporairement les Olympiques de Gatineau.

Aréna Baribeau, de vétuste à domicile des Olympiques

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Le nouveau domicile temporaire des Olympiques de Gatineau est passé en quelques semaines d’un aréna vétuste, mal éclairé et sur le point de crouler sous le pic des démolisseurs à un aréna qui aujourd’hui respecte les normes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). La Ville vient d’y engloutir plusieurs dizaines de milliers de dollars, voire quelques centaines, alors qu’il y a trois ans on prévoyait le démolir… en 2020.

C’est ce qui était prévu au plan de redéploiement des arénas adopté par le conseil en 2017. Le vieil immeuble de la rue Mangus, dans le secteur Gatineau, devait rejoindre le passé en même temps que Beaudry, Campeau et Robert-Guertin au profit du complexe multiglaces de Vision multisports Outaouais (VMSO) dans le secteur de la Cité. Le projet a cependant pris du retard et l’aréna Baribeau, comme les autres, est toujours debout.

L’enjeu de l’hébergement d’urgence des itinérants à l’aréna Guertin a cependant forcé la Ville de Gatineau à faire des investissements imprévus à Baribeau. Tout le système d’éclairage a été remplacé. Une galerie de presse a littéralement été aménagée, tout comme de l’espace dans les gradins pour l’entraînement hors glace des joueurs. 

Un entrepôt intérieur a aussi été construit à proximité du vestiaire des Olympiques. Deux roulottes ont été installées à l’arrière de l’aréna pour des bureaux et une clinique médicale. Tout ça sans compter les aménagements aux systèmes électriques, l’ajout et la bonification de connexions Internet, l’achat de laveuses et de sécheuses et divers travaux de plomberie.

Dépenses imprévues

Une source au sein de l’organisation des Olympiques de Gatineau a affirmé au Droit que les coûts associés à ces aménagements d’urgence dépasseraient les 100 000 $. L’information n’a pu être confirmée. Le service des communications refuse de préciser combien d’argent a été dépensé jusqu’à maintenant dans ces travaux. «L’analyse des coûts n’étant pas complétée, cette information n’est pas disponible pour l’instant, a répondu la Ville dans un échange courriel. Le travail de réaménagement de l’aréna Baribeau est présentement en cours. Les sommes seront connues une fois tout le processus complété.» Selon les travaux à faire, certains ont été réalisés par les équipes de la Ville et d’autres par des sous-traitants.

Le plan du maire en réévaluation

Restera aussi à voir quel sera le plan de la Ville de Gatineau avec l’aréna Baribeau une fois que le redéploiement des arénas sera véritablement amorcé. Il faudra d’abord attendre l’ouverture du complexe multiglaces de VMSO prévu en 2022, mais aussi de savoir dans quelle direction souhaite maintenant aller la Ville avec un plan qui ne semble pas susciter d’intérêt au sein de l’entreprise privée.

Le cafouillage dans le dossier du complexe multiglaces dans l’ouest pousse l’administration du maire Pedneaud-Jobin à revoir le modèle proposé en 2017 qui remettait la construction, la gestion et l’entretien des nouveaux arénas dans les mains du privé. La directrice générale de la Ville, Marie-Hélène Lajoie l’a d’ailleurs confirmé la semaine dernière lors du caucus préparatoire au conseil municipal.

«Pour le plan d’acheter des heures de glace et de travailler avec le privé, évidemment il y aura une réévaluation à faire, notamment avec tout ce qui se passe avec le projet de multiglaces dans l’ouest et la situation de la pandémie, a-t-elle affirmé en faisant référence au retrait de l’appel d’offres pour l’ouest cet été. On va devoir revoir ça et revenir auprès des élus après une analyse plus approfondie sur toutes les conséquences.»