Gilles Desjardins, le grand patron de Brigil, n’a pas caché sa déception à la suite du vote sur le quartier du Musée, mardi soir, lors de la séance du conseil municipal de Gatineau.

Amertume et euphorie au conseil

C’est par des cris de joie et des applaudissements à tout rompre que les résidents du quartier du Musée ont salué, mardi soir, la décision du conseil municipal de protéger le patrimoine de leur milieu de vie. Quant au promoteur Gilles Desjardins, il n’a pas caché son amertume face à ce vote qui vient mettre un terme à son rêve d’ériger ses tours de 35 et 55 étages sur la rue Laurier.

« J’aime encore Gatineau, mais je suis déçu, a-t-il lancé. Le projet n’a pas été respecté à la hauteur qu’il aurait dû l’être. Il n’y avait pourtant pas d’urgence. Gatineau manque une belle opportunité. J’ai un goût amer. Mon projet n’a jamais pu suivre les étapes normales à l’urbanisme. Les portes étaient fermées et là elles se ferment à jamais. »

Le grand patron de Brigil n’a pas voulu se prononcer sur l’avenir de son projet Place des peuples ni sur la réponse qu’il entendait donner au vote majoritaire du conseil municipal.

Pour la porte-parole des résidents du quartier, Lissa Constantine, la décision du conseil a été accueillie comme un grand soulagement.

« Nous sommes sérieusement convaincus de la valeur de notre communauté vivante et de la richesse de son patrimoine, a-t-elle lancé. Cette attitude d’écoute d’une majorité du conseil nous a encouragés à ne pas lâcher et va certainement d’autres citoyens à s’engager dans la vie de leur ville et à ne pas sombrer dans le cynisme. »

L’historienne Michelle Guitard qui a étudié en profondeur le quartier du Musée a qualifié le vote de mardi soir de « très grande victoire qui lance le message qu’un entrepreneur ne peut pas changer les règles comme il le souhaite ».

L’homme d’affaires David Gomes qui représentait la Chambre de commerce de Gatineau n’a pas caché sa déception. Il a laissé entendre que certains élus n’avaient pas pu s’exprimer librement.

« Action Gatineau est au cœur du conseil municipal et j’ai senti que certains élus que je ne nommerai pas n’ont pas pu s’exprimer librement », a-t-il avancé devant les médias.

Le maire heureux
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin était évidemment « très heureux » de la décision prise par le conseil. Il a indiqué qu’un plan de mise en valeur du quartier du Musée sera rapidement mis en place et que des budgets seront alloués pour différents projets. « Ça va se faire dans les mois à venir, a-t-il indiqué. Il faut donner plus de force à ce que nous faisons déjà. »

Même s’il reconnaît que rien n’est immuable et qu’un prochain conseil sera souverain, le maire est convaincu qu’en investissant dans la mise en valeur du quartier il deviendra très difficile politiquement de revenir de l’arrière sur la décision de protéger le secteur.

« Le message principal qu’on lance c’est qu’on a un plan qui marche à Gatineau, a-t-il ajouté. Il n’y a jamais eu autant d’unités en construction dans le centre-ville. Si on garde le cap, on aura des résultats. Partout dans le monde, quand les gens misent sur le patrimoine, ils réussissent. »

+

CE QU'ILS ONT DIT...

RENÉE AMYOT

« La sauvegarde du patrimoine n’est pas un caprice, c’est un devoir de mémoire. »

GILLES CARPENTIER

« Dans les derniers mois j’ai tenté de dissocier le dossier de la citation patrimoniale de celui de Place des peuples, mais cela relevait de l’utopie, surtout considérant le lobbyisme soutenu fait auprès des membres du conseil municipal par le promoteur. Si je votais contre la citation patrimoniale, j’aurais l’impression de trahir mes propres racines. »

JOCELYN BLONDIN

« Nous ne prenons pas un vote sur un projet domiciliaire. Attendons un peu. Prenons le temps de faire les choses comme il faut. Oui, il y a un secteur à protéger, mais prenons le temps de le faire. »

LOUISE BOUDRIAS

« Cette citation patrimoniale est incomplète et ne permet pas le développement économique sur une artère importante pour Gatineau. »

DANIEL CHAMPAGNE

« Bien qu’il se veut rassembleur, ce projet de tours n’a jamais autant divisé la population. Pourquoi s’installer dans un quartier identitaire et créer une division alors que plusieurs autres options pourraient s’offrir au promoteur ? »

MAUDE MARQUIS-BISSONNETTE

« Ce soir, je voterai en faveur de la citation patrimoniale, je voterai du bord des citoyens, du bord du patrimoine, de l’histoire, de la fierté et de l’identité gatinoise. »

JEAN-FRANÇOIS LEBLANC

« Entendre des accusations de narcissisme, d’avidité ou d’appât du gain contre un de nos plus précieux développeurs et grand mécène de Gatineau me répugne au plus haut point. »