Le président de Vision multisports Outaouais, Alain Sanscartier, et le président des Olympiques, Alain Sear

Alain Sear se désole des attaques envers VMSO

Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, salue la décision de la commission de l'Aménagement du territoire de recommander l'adoption du projet de loi privé sur le futur aréna Guertin, mais en même temps, il se désole des attaques lancées envers Vision multisports Outaouais (VMSO) par les opposants au projet.
Sans vouloir les nommer précisément, M. Sear n'a visiblement pas apprécié les propos tenus, entre autres, par les conseillers Denis Tassé et Denise Laferrière, en commission parlementaire, mercredi soir, qui pouvaient porter atteinte à la crédibilité du groupe présidé par Alain Sanscartier.
«VMSO est hors de tout doute un organisme extrêmement crédible et compétent, a insisté le grand patron des Olympiques de Gatineau. Ce sont des gens qui ont à coeur leur mission. Leur présence est une des forces dans le projet actuel. C'est désolant de voir que certaines personnes ont tenté d'attaquer VMSO. Ce groupe a aidé à sauver la subvention de Québec et aider à garder les Olympiques à Gatineau.» 
Le maire de Gatineau, Maxime Pedenaud-Jobin, a longtemps cherché ses mots avant de qualifier les propos de ses adversaires en commission parlementaire concernant VMSO. 
«Je vais me contenter de dire qu'ils font de la politique à leur façon et ce n'est pas la mienne, a-t-il dit. Dans ce dossier, tout le monde, VMSO, la Ville et moi sommes intègres.»
Le président de VMSO, Alain Sanscartier, préférait, jeudi matin, retenir les propos positifs sur le projet et le modèle échangés la veille en commission parlementaire à Québec plutôt que de s'étendre sur les critiques. 
«Les gens jugeront de tout ça, dit-il. Nous, on laisse les gens parler. On n'a pas de contrôle sur l'arène politique. Mais la majorité des commentaires sur notre projet ont démontré qu'on a gagné la confiance des élus provinciaux. C'était plaisant à entendre. Pour le reste, on ne se laisse pas atteindre par ça.»

Les premiers appels d'offres en août

Si tous les éléments tombent en place rapidement et que le nombre de Gatinois s'opposant au projet du futur aréna Guertin n'est pas suffisant pour forcer la Ville à aller en référendum, Vision multisports Outaouais (VMSO) sera prêt à lancer ses premiers appels d'offres pour la construction du futur complexe au mois d'août.
Dès l'adoption du projet de loi privé 227 et la fin du processus référendaire, les dirigeants de VMSO vont réunir les architectes, les ingénieurs et le gérant de construction pour enclencher le processus d'appel d'offres. 
«Sans vouloir être trop précis, on regarde vers le mois d'août, a indiqué au Droit le président de VMSO, Alain Sanscartier. Les premiers appels d'offres concerneront les lots les plus importants, à savoir l'excavation et l'enveloppe du bâtiment. Ce sont les premiers contrats qu'il faudra donner pour nous assurer de garder un bon contrôle des coûts.»
La mise en chantier est prévue au printemps 2018 et l'ouverture du futur complexe doit avoir lieu en 2020.
Élue, Goneau prête à tout bloquer
La candidate à la mairie, Sylvie Goneau, a affirmé, mercredi, sur les ondes du FM 104,7, qu'elle était prête à bloquer le projet du futur aréna Guertin et des trois glaces communautaires qui viennent avec si elle est élue en novembre prochain. 
«Si j'ai la capacité de le faire, si les pertes ne sont pas substantielles et s'il n'y a pas de pelle dans la terre», Mme Goneau mettra tout le projet sur la glace, le temps d'aller en appel d'intérêt et en appel d'offres. 
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a pris cette sortie de son adversaire avec un grain de sel. 
«Au niveau légal, je ne sais pas trop ce que ça vaut, mais selon moi ça serait carrément irresponsable d'agir ainsi dans la mesure où on a un bon projet qui fait l'objet d'un large consensus, a-t-il affirmé. L'alternative pourrait coûter très cher et prendre encore des années.»
Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, n'ose même pas penser à un tel scénario. «
Ça serait extrêmement difficile à vivre pour les Olympiques, dit-il. C'est un projet extraordinaire qui peut devenir un modèle pour les autres municipalités, dit-il. Quand tout le monde qui se penche sur le dossier est presque unanime, il faut un moment donné reconnaitre le mérite du projet.»