Le lancement de la campagne électorale d'Action Gatineau a eu lieu dimanche à la polyvalente Le Carrefour.

Action Gatineau, l'équipe de «l'équilibre»

Le maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin, n'a pas tardé, dimanche, à cadrer ce qui selon lui représente l'enjeu de l'élection du 5 novembre à Gatineau. Devant près de 600 partisans enthousiastes réunis à la polyvalente Le Carrefour pour le lancement de la campagne d'Action Gatineau, il a invité les électeurs à prendre les moyens pour faire avancer plus rapidement leur ville.
Le mot «majorité» n'a pas été prononcé lors de de son long discours, qui a été régulièrement entrecoupé d'applaudissements. Le maire sortant s'est contenté de demander à la population de s'assurer d'avoir suffisamment d'élus de son parti à la table du conseil pour ne pas perdre un seul instant à tenter de convaincre d'éventuels opposants de réaliser le programme pour lequel les Gatinois auront voté. Plus tard, devant les médias, il a précisé souhaiter vivement une majorité d'élus d'Action Gatineau à la table du conseil au prochain mandat.
«Sans une équipe qui partage un programme, il faut prendre une grande part de la première année du mandat pour convaincre le conseil d'adopter un programme qui, au final, pourrait être différent de celui pour qui les gens ont voté, a-t-il lancé. Je veux que dès le lendemain de l'élection, nous puissions donner à la fonction publique le mandat de réaliser notre programme, celui choisi par la population. Une équipe peut agir dès le premier budget, dès décembre prochain. Sans une équipe, on peut agir, au mieux, au deuxième budget seulement. Une équipe met aussi une dynamique plus saine au conseil. Il nous faut un conseil composé de gens qui veulent le succès de la nouvelle administration, composé de gens capables de se serrer les coudes quand vient le temps de prendre des décisions courageuses.»
S'occuper des gens... aussi
Les services à la personne prendront une place importante dans le discours politique d'Action Gatineau au cours des prochaines semaines. Sans remettre en question la poursuite des investissements massifs dans l'entretien des infrastructures, le maire sortant a insisté sur l'importance de ne pas «négliger les gens».
«Durant ce mandat, certains ont tenté d'opposer les rues aux bibliothèques, a-t-il rappelé. C'est une façon simpliste de voir les choses. Tout le monde veut qu'on s'occupe des rues, qu'on répare les nids de poules, qu'on répare les tuyaux qui éclatent parce que trop vieux. La différence, c'est que nous, nous voulons aussi nous occuper des gens. On veut de l'équilibre. Oui, il faut réparer le toit qui coule, mais il faut aussi que les enfants aient accès à des livres, à la culture, à des loisirs. On peut et on doit faire les deux.»
Les villes changent
Maxime Pedneaud-Jobin a aussi campé son parti du côté de ceux qui savent et comprennent que les villes changent. «Ce ne sont plus des administrations qui gèrent quelques services, a-t-il lancé. Ce sont des gouvernements de proximité qui font du développement économique, du développement social, ce sont les principaux diffuseurs de culture et les principaux fournisseurs en sports et loisirs.»
Le maire sortant a ajouté que son parti allait représenter l'équipe de la «voix forte», celle du «rapprochement avec Ottawa», des «liens avec l'éducation», du «courage des grandes réformes», du «sérieux budgétaire» et des «identités locales».
MPJ sur ses adversaires
Le chef d'Action Gatineau s'attend à voir ses adversaires mener une campagne négative au cours des prochaines semaines. « Il ne faut pas suivre ce chemin-là, a-t-il lancé à ses partisans. Si le discours de nos adversaires s'éloigne du débat d'idées, il nous faudra prendre de la hauteur. Comme l'a dit Michelle Obama : 'When they go low, we go high.' » Maxime Pedneaud-Jobin est d'avis que les Gatinois n'ont rien à faire des campagnes négatives. « Ils veulent qu'on parle de leur ville et de ce qu'on veut faire, a-t-il ajouté. Personne ne va gagner des votes avec des chicanes de politiciens. Ce n'est pas le négativisme qui va amener Gatineau plus loin. »
L'équipe Pedneaud-Jobin
Huit des 18 candidats d'Action Gatineau aux postes de conseillers municipaux sont des femmes, ce qui place le parti du maire Pedneaud-Jobin dans la « zone de parité ». « C'est un immense succès », a lancé le chef devant un tonnerre d'applaudissements de la part des militants du parti. M. Pedneaud-Jobin a pris le temps de présenter à la foule chacun des 18 candidats. Ces derniers sont venus le rejoindre sur scène. « Ce sont des parents, des professionnels, des citoyens engagés, des sportifs, des gens de culture, des voyageurs, des gens de plein air, des lecteurs et des entrepreneurs. C'est une équipe à l'image des Gatinois. Nous ne sommes contre personne et nous avons de l'ambition pour Gatineau. »