Maxime Pedneaud-Jobin était évidemment présent à l’assemblée d’Action Gatineau.

Action Gatineau: décision imminente pour les bibliothèques

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué mardi soir, lors de l’assemblée générale annuelle d’Action Gatineau, qu’il se « pourrait que des décisions soient prises au prochain conseil » dans le dossier des bibliothèques.

La Ville de Gatineau avait dévoilé le 22 mai dernier une liste de quatre toponymes féminins dans le but de trouver un nom à la nouvelle bibliothèque du Plateau. Ces noms ont été soumis au vote de la population. Cependant, le conseil se donne le pouvoir d’ignorer le vote populaire et d’avoir le dernier mot dans ce dossier.

« Les bibliothèques sont une façon de construire l’avenir de façon intelligente en investissant dans le cerveau de nos enfants », a décrit le maire devant près d’une centaine de membres d’Action Gatineau réunis à la salle Giguère de la Cabane en bois rond sur le boulevard de la Cité-des-Jeunes.

Action Gatineau a aussi profité de l’assemblée pour dresser son bilan de l’année 2018. Le parti a affiché des revenus de près de 160 000 $ l’année dernière et a l’intention de poursuivre sur cette lancée au cours des deux prochaines années afin de se préparer pour les prochaines élections municipales.

Action Gatineau a d’ailleurs mis en place un comité de programme qui tiendra trois forums thématiques citoyens d’ici deux ans. « On va s’en servir pour consulter la population. On va prendre les propositions des gens et faire une présentation au congrès six mois avant les élections au début de 2021. Ensuite les membres vont décider ce qu’on met dans notre programme », explique le directeur général d’Action Gatineau, François Soucy.

Le parti a aussi profité de l’occasion pour reconduire le mandat de Donald Roy à titre de président d’Action Gatineau.

Changements climatiques

Dans la foulée des inondations du printemps, M. Pedneaud-Jobin a tenu à lancer un cri du cœur aux citoyens rassemblés à l’assemblée.

« Les dernières années nous imposent une forme de responsabilité face à ce qui se passe dans le domaine de l’environnement. D’abord parce que les gens de Gatineau ont souffert, mais aussi comme ville. Notre contribution à cette réflexion-là pourrait être importante. Qu’est-ce qu’on fait pour faire face à ces situations-là, mais aussi pour lutter contre les changements climatiques et améliorer l’environnement. Il faut aller plus loin. Les Gatinois ont vu ce que ça peut faire et je crois que les gens de notre ville seraient assez ouverts à de l’audace dans ce domaine-là. »