Clément Bélanger a été candidat à la mairie de Gatineau.

Action Gatineau aura un adversaire en 2021

Il apparaît maintenant évident qu’il y aura un deuxième parti politique sur la scène municipale gatinoise pour affronter le parti du maire Maxime Pedneaud-Jobin, Action Gatineau, lors des élections de 2021.

« Nous n’avons pas encore déterminé si ce parti politique sera fondé en 2019 ou en 2020, mais je suis prêt à parier qu’il y aura un deuxième parti en place pour faire face à Action Gatineau », a indiqué au Droit l’ancien candidat à la mairie de Gatineau, Clément Bélanger.

Ce dernier continue de multiplier les rencontres avec des gens d’intérêt afin de rendre la démarche plus officielle. Le « noyau dur » qui mène actuellement l’exercice s’est d’ailleurs rencontré, samedi soir dernier, afin de déterminer la suite des choses. « Nous avons encore besoin de consulter des gens pour voir avec eux le calendrier et la façon de faire avancer ce projet de manière officielle », note M. Bélanger.


«  Je suis prêt à parier qu’il y aura un deuxième parti en place pour faire face à Action Gatineau.  »
Clément Bélanger

L’ancien candidat à la mairie de Gatineau agit actuellement comme porte-parole du groupe, mais il répète que ce n’est que temporaire, le temps qu’un porte-parole officiel soit nommé. M. Bélanger précise avoir des échanges avec certains élus présents à la table du conseil municipal. Le conseiller Marc Carrière est pour sa part déjà officiellement associé à la démarche. Il affirmait, en novembre dernier, songer à briguer la chefferie de ce nouveau parti.

« La création d’un parti c’est aussi une question de stratégie, rappelle M. Bélanger. On doit déterminer quel modèle de parti nous voulons, qui en sera le porte-parole et comment sera nommé l’éventuel chef. La question du financement est aussi une considération stratégique, mais nous allons prendre notre temps. Il reste encore bien des fils à attacher. Nous avons beaucoup de gens à rencontrer au cours des deux prochaines semaines. On veut voir qui embarque et qui n’embarque pas. Il faut savoir avec qui nous allons continuer d’avancer dans ce projet. Pour l’instant, on ne fera pas d’autres déclarations publiques. »