La conseillère gatinoise Maude Marquis-Bissonnette est à la tête d’une table de concertation du vivre-ensemble et de l’immigration.

Accord entre Gatineau et Québec pour améliorer le vivre-ensemble

Déterminée à offrir à ses citoyens de toutes les origines un cadre de vie accueillant et inclusif, la Ville de Gatineau vient de ficeler une nouvelle entente en matière de vivre-ensemble avec le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).

L’accord, qui s’accompagne d’investissements des deux parties totalisant près de 850 000 $, suit un an et demi après le Sommet du vivre-ensemble, une initiative du maire Maxime Pedneaud-Jobin qui avait attiré plus de 200 citoyens, élus et représentants d’organismes. Couronnée de succès, l’activité s’avérait une première au Québec. La Ville a par la suite joint les rangs de l’Observatoire international des maires sur le vivre-ensemble.

L’entente avec le MIFI, dont l’objectif premier est de faciliter l’intégration sociale et économique des personnes immigrantes, permettra de dresser une liste de priorités d’action, par exemple le développement d’une stratégie de visibilité et de communication sur le vivre-ensemble, la mise sur pied d’une structure et d’une mécanique de concertation sur le vivre-ensemble ainsi que le soutien à des initiatives locales qui favorisent le rapprochement culturel, le vivre-ensemble et l’inclusion.

Une table de concertation du vivre-ensemble et de l’immigration a été constituée, avec à sa tête la conseillère municipale Maude Marquis-Bissonnette. Le député de Hull-Aylmer Greg Fergus, le ministre responsable de l’Outaouais Mathieu Lacombe et un représentant du MIFI feront aussi partie de ce groupe, tout comme une dizaine d’organisations dont l’Association des femmes immigrantes de l’Outaouais, Accueil-Parrainage Outaouais, le Centre islamique de l’Outaouais, le Conseil de la communauté noire de Gatineau et Jeunesse Idem.

« C’est vraiment un comité où on va mettre ensemble notre connaissance de la région et notre force de frappe. Je dirais que dans le passé, c’est ce qui a fait la force de Gatineau. Quand on dit que les immigrants qui arrivent ici ne repartent jamais, c’est parce qu’on les accueille bien, parce qu’il y a de l’intégration économique, parce qu’on fait des efforts. Ça, on ne serait pas capables de le faire sans ces partenaires-là, qui ont appris à se parler par le passé. Là, on formalise ça », affirme le maire Pedneaud-Jobin.

Ce dernier estime que les changements climatiques et le vivre-ensemble sont les deux plus grands enjeux en 2019.

« L’un des gros défis, c’est que les gens doivent se parler, se connaître. [...] On doit arrêter de se demander d’où on vient, mais plutôt se demander où on va », a-t-il résumé.

Première ville à adopter une politique en matière de diversité culturelle en 2008, Gatineau est le second plus important pôle d’immigration au Québec après l’agglomération urbaine de Montréal.