Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, a annoncé une aide financière pour les organismes communautaires.

1,7 million $ de plus pour les organismes communautaires de l'Outaouais

Les organismes communautaires en santé et services sociaux de l’Outaouais obtiennent une somme additionnelle de 1,7 million$ à se partager dès cette année, une annonce accueillie avec un certain bémol par le milieu.

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a annoncé vendredi que le montant de 1,7 million$ s’ajoute de manière récurrente à l’enveloppe de près de 33 millions$ déjà allouée au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), géré par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Le gouvernement affirme que cette augmentation de 5% au PSOC de la région représente une «hausse historique». Le directeur général adjoint du CISSSO, Stéphane Lance, a confirmé n’avoir jamais vu de rehaussement de cette ampleur depuis au moins une dizaine d’années.

«Ce rehaussement permettra de répondre aux besoins prioritaires identifiés régionalement, en augmentant la capacité des organismes à faire face notamment aux demandes croissantes ou aux défis particuliers», a fait valoir le gouvernement.

À l’heure actuelle, environ 130 organismes de l’Outaouais reçoivent du financement par le biais du PSOC. M. Lacombe a indiqué que l’argent supplémentaire servira en priorité aux «organismes qui sont très éloignés de l’argent dont ils ont besoin pour effectuer leur mission». «[Pour] ça, on se base sur ce qui a été déjà déterminé [selon] un cadre de référence qui existe, et les organismes, aussi, qui ne reçoivent pas de financement, qui sont soit déjà reconnus mais non financés, ou [ceux] qu’on va reconnaître.»

Le directeur général adjoint du CISSSO, Stéphane Lance, a fait savoir que les détails de la distribution de cet argent additionnel seront connus lors de la rencontre du conseil d’administration de l’organisation du 26 septembre. Les sommes seront octroyées pour la «mission globale» des organismes, ce qui leur offre davantage de latitude que si les montants étaient réservés pour des projets spéciaux.

Un bémol

La Table régionale des organismes communautaires autonomes de l’Outaouais (TROCAO) a tenu à «saluer l’effort d’un tel investissement», tout en soulignant qu’il «est loin de régler l’enjeu du sous-financement du milieu».

«De plus, tout dépendra de la méthode de répartition entre les organismes que le CISSSO adoptera à  la  fin  septembre, souligne la TROCAO dans un communiqué. En  effet,  ce  rehaussement  pourrait contribuer  à  mieux  soutenir  les  organismes, en  particulier ceux  qui  sont  très  peu  financés.  Des  ratés lourds d’impacts ont été connus l’an passé, ayant privé plusieurs organismes de l’admissibilité aux nouvelles sommes.»