La Ville de Gatineau convertira les ampoules des 21 000 lampadaires sur son territoire à la technologie DEL, ce qui coûtera 10,2 millions $.

10 M$ pour passer à l’éclairage DEL à Gatineau

La Ville de Gatineau investira 10,2 millions $ pour convertir à la technologie DEL 15 400 des 21 000 lampadaires sur son territoire. La dépense comprendra aussi l’intégration d’un système intelligent de gestion de l’éclairage qui permettrait éventuellement à la Ville de déterminer la force de l’éclairage en fonction des moments de la journée.

Le service des infrastructures a indiqué, mardi, en comité plénier, que ce changement technologique permettra à la Ville d’économiser 72 % de ses coûts annuels d’éclairage, ce qui correspond à une économie de 1,2 million $ par année. Le conseil municipal doit donner son aval à cette proposition lors d’une prochaine séance. Tous les lampadaires pourraient avoir été modifiés d’ici environ deux ans.

Une première présentation sur la migration à l’éclairage DEL avait été faite à la commission de révision des dépenses et des services en 2017 par le service des infrastructures. Les fonctionnaires avaient alors été renvoyés à leur table à dessin pour apporter des modifications et des ajustements à la présentation.

DEL 3000 Kelvin

Gatineau avait amorcé la migration des ampoules au sodium à l’éclairage DEL à 4000 kelvins tout doucement en 2007. L’utilisation de cette nouvelle technologie est toutefois devenue la norme pour toutes les nouvelles rues, parcs de quartiers, parcs industriels et édifices publics en 2016. Environ 500 lampadaires ont jusqu’ici été modifiés. Ce changement a cependant fait l’objet de plaintes de la part de citoyens, notamment sur la rue Jacques-Cartier, où la forte luminosité était jugée intrusive et nuisible à la qualité de vie. La Ville a alors été contrainte d’installer des filtres pour mieux diffuser la lumière sur quelque 172 lampadaires.

Le nouveau devis normalisé qui sera prochainement adopté par le conseil municipal pour encadrer l’approvisionnement des nouvelles composantes DEL précisera toutefois qu’il s’agira d’ampoule de 3000 kelvins, dont la luminosité sera moins forte que celle des ampoules préalablement installées. Gatineau se range ainsi du côté des villes de Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières qui ont toutes imposé, notamment pour des raisons de qualité de vie et de santé publique, des ampoules DEL de 3000 kelvins.

Quelques élus ont mentionné que la technologie DEL pouvait avoir des impacts sur la qualité de vie des résidents, ainsi que sur la biodiversité, notamment en raison de l’intensité de la lumière blanche-bleu qu’elle produit. La conseillère Renée Amyot a précisé qu’un avis de l’Institut national de la santé publique du Québec suggère notamment des façons d’installer les lampadaires afin qu’ils pointent plus vers le sol afin de réduire la lumière intrusive dans les maisons.

Maude Marquis-Bissonnette a rappelé que la littérature scientifique démontre que la pollution lumineuse provoquée par la lumière DEL avait un impact négatif sur plusieurs populations d’insectes et donc sur la biodiversité. « Il faut rester vigilant, mais on me dit que la technologie qui sera installée permettra à certains endroits de diminuer la luminosité et ça me satisfait », a-t-elle indiqué.

Le conseiller Daniel Champagne a dit être sensible aux aspects liés à la qualité de vie des gens, mais il est d’avis que la Ville de Gatineau ne doit pas commencer à jouer avec l’intensité de ses lampadaires d’un secteur à l’autre. « Les citoyens veulent d’abord des quartiers sécuritaires et bien éclairés, a-t-il dit. Pour le reste, il faut être attentif et éviter de faire les erreurs faites par d’autres villes en installant cette nouvelle technologie. »