Le parc des Ormes, à Hull, et le parc Lavictoire, à Gatineau, ont été aménagés au coût d’environ 100 000 $ chacun.

Gatineau veut faire bouger les aînés

Les aînés des secteurs Mont-Bleu et de la rue Notre-Dame, dans le Vieux-Gatineau, qui cherchent une façon de demeurer actifs bénéficient maintenant d’un parcours d’exercice extérieur pensé et aménagé en fonction de leurs besoins et capacités physiques.

Le concept n’est pas nouveau. Il existe déjà dans plusieurs municipalités, mais vient de faire son apparition au parc des Ormes, à Hull, et au parc Lavictoire, à Gatineau. Les équipements installés permettent de pratiquer une grande variété d’exercices physiques adaptés au niveau de forme physique de l’utilisateur et à sa force musculaire, note la présidente de la commission Gatineau, ville en santé, Renée Amyot. Les lieux sont aussi accessibles en fauteuil roulant.

Chaque parc a été aménagé au coût d’environ 100 000 $. La Ville de Gatineau a reçu une subvention du Programme d’infrastructures Québec – Municipalité amie des aînés qui a permis de financer la moitié des travaux dans chacun des parcs. Un partenariat avec Campus 3 (anciennement le Centre des aînés de Gatineau) permettra aussi à la Ville d’offrir gratuitement, chaque semaine, des séances d’entraînement animées par un kinésiologue.

Bien qu’ils soient d’abord pensés pour les 50 ans et plus, ces parcours d’entraînement peuvent aisément servir à une clientèle plus jeune. Des adolescents au sommet de leur forme physique y trouveront aussi leur compte puisque c’est surtout l’utilisation qui sera faite des équipements qui est importante, bien plus que les équipements eux-mêmes, ont expliqué des intervenants qui étaient au parc Lavictoire lors du dévoilement, mardi.

Déploiement plus large

Mme Amyot affirme souhaiter un déploiement plus large de ce type d’aménagement dans les parcs de Gatineau. Elle a confirmé qu’il s’agit d’ailleurs d’une de ses demandes qui sera analysée dans le cadre de l’étude du budget en novembre prochain. Déjà, deux autres parcours sont prévus pour 2020-2021. Le parc des Cèdres à Aylmer et celui du 8-octobre-1906, à Buckingham, ont déjà été identifiés. La Ville est aussi en demande de financement auprès de Québec pour l’aménagement d’un cinquième parcours dans le secteur de la place de la Cité.

« On analyse présentement les parcours en place, leur utilisation, dit-elle. On regarde s’ils sont appréciés et quel est l’achalandage. Il faut voir s’il est justifié de déployer ce type de parc plus largement dans la ville. Il faudrait aussi voir si on fait un déploiement par district, par village urbain ou par communauté. »

Le vice-président de Campus 3, Aurèle Desjardins, est convaincu que la Ville de Gatineau fait un bon coup avec de tels aménagements. « On remarque que les aînés sont de plus en plus actifs, dit-il. Ces sites sont aussi accessibles pour les gens à mobilité réduire. Pour eux, ce n’est pas toujours facile de trouver des activités physiques et des lieux adaptés pour le faire. »