Gatineau va transformer son plan d’urbanisme

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La Ville de Gatineau s’apprête à faire des modifications en profondeur dans ses règles d’urbanisme. Les changements qui en découleront auront des impacts importants, notamment dans les zones déjà relativement denses où se côtoient les développements résidentiels et commerciaux.

L’adoption finale du nouveau plan de zonage et des règlements d’urbanisme révisés pour donner vie aux principes contenus dans le nouveau schéma d’aménagement aura lieu à la fin août. La Ville souhaite d’abord consulter ses citoyens une dernière fois. Ainsi, des séances portes ouvertes à l’intention des citoyens seront organisées les 9, 11, 12 et 18 mars. Ce sera l’occasion pour les participants de prendre connaissance des changements qui toucheront leur quartier et de s’exprimer sur ceux-ci. 

«On appelle ça des portes ouvertes, mais c’est en réalité une consultation publique, a insisté la présidente de la commission du développement du territoire, de l’habitation et de l’environnement (CDTHE), Maude Marquis-Bissonnette. C’est à ce moment-là qu’on veut avoir les informations des citoyens. Il y a de la marge de manoeuvre pour bonifier le document et on s’attend à ça.»

Le plan d’urbanisme révisé sera présenté à la CDTHE à la fin du mois d’avril. Une deuxième consultation publique prévue par la loi, mais qui offrira moins d’opportunités de modifier le plan, sera organisée au début juin.

Stationnement de surface interdit

Les changements les plus notables à la réglementation seront surtout observables dans les aires de densité. À titre d’exemple, plus de bâtiments en hauteur pourront éventuellement y faire leur apparition. Les stationnements de surface seront carrément interdits à moins de 300 m d’une station du Rapibus ou d’une éventuelle station de transport en commun. Ils devront être sous-terrains ou étagés. La requalification de grands terrains commerciaux sera aussi encouragée afin de permettre la construction de développements résidentiels, comme ce qui se fait actuellement dans le grand ensemble commercial du Plateau.

Le nombre de zones inscrites au plan de zonage sera aussi considérablement diminué. La Ville en compte plus de 2500, toutes héritées des plans de zonage des anciennes villes lors de la fusion. À la fin du processus de concordance, il n’en restera qu’environ 1600. «La Ville de Gatineau est arrivée à une certaine maturité dans son existence, a noté le directeur de l’urbanisme, Mathieu Bélanger. Il y avait des zones où l’environnement bâti était sensiblement le même qui seront consolidées.»