Gatineau rouvre le dossier de la vitesse

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le conseil municipal de Gatineau étudiera de nouveau la possibilité de réduire à 40 km/h la limite de vitesse dans les rues de la ville.
Le conseiller Luc Angers a soumis un avis de présentation en ce sens au conseil municipal, hier soir, afin de l'ajouter à l'ordre du jour. «On en parle presque depuis mon arrivée au conseil, et rapidement, mais sûrement, on arrive à la fin d'un mandat, alors je pense qu'il faut précipiter les choses», a expliqué M. Angers.
Ce dernier a décidé de revenir à la charge après que le ministère des Transports du Québec eut donné l'autorisation à la Ville de Montréal de faire passer de 50 km/h à 40 km/h la limite de vitesse «par défaut» dans ses rues, sans obligation de remplacer tous les panneaux.
 
À Gatineau, l'idée avait été analysée en 2007, mais les élus gatinois l'avaient rejetée en raison des coûts liés à l'implantation d'une telle mesure. La modification des panneaux et les changements à effectuer pour les horaires des circuits d'autobus auraient entraîné des dépenses de plusieurs centaines de milliers de dollars. En se basant sur ce qui a été accordé à Montréal, Gatineau pourrait cependant éviter certaines dépenses en installant des panneaux de signalisation seulement aux entrées de la ville ou à certains points stratégiques.
Le maire, Marc Bureau, se dit toujours intéressé par cette possibilité. «Je suis tout à fait pour cette limite de 40 km/h qui nous est proposée, même que je crois que ça faisait partie de mon programme électoral à l'époque, donc je trouve l'idée intéressante, mais par contre il faudra revoir les coûts. [...] Je pense que les citoyens devraient être favorables, mais je pense que ça va prendre toute une sensibilisation.»
Le maire souligne cependant que la limite de vitesse ne changera pas à court terme, puisque l'analyse des coûts peut prendre plusieurs mois.
jmercier@ledroit.com