Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Ghislain Picard, le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador
Ghislain Picard, le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador

Gatineau fait un pas de plus vers la réconciliation avec les Premières Nations

Charles Fontaine
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Ville de Gatineau s’implique dans le Plan d’action de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) sur le racisme et la discrimination. Ce «plan vaste» vise une meilleure relation à long terme avec les communautés autochtones.

L’APNQL avait fait appel en septembre 2020 aux citoyens québécois, aux organisations, aux groupes et aux institutions du Québec afin de renforcir les liens avec les Premières Nations. Le chef de l’APNQL, Ghislain Picard, a énuméré plusieurs manières d’y arriver dans son Plan d’action.

Gatineau s’est engagé mardi à répondre favorablement à certaines recommandations de cette stratégie à long terme.

«C’est un geste qui est beaucoup plus symbolique que les défis qui se présentent à nous collectivement. Ce geste va très certainement contribuer à l’élan que nous avons déjà dans cette lutte que nous menons contre le racisme et la discrimination, énonce M. Picard. Les défis qui se présentent à nous comme société, leurs succès, nos réalisations tiennent également de l’engagement des individus qui ont des postes clés. On espère que d’autres villes seront inspirées».

Pour le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, il s’agit «d’un plan vaste». «On se met en action vers un objectif précis, une meilleure relation avec les communautés autochtones, plutôt que de faire des gestes ponctuels.»

«Je suis fier que la ville bouge et prenne cet engagement sérieusement et j’espère voir plus de dialogues, d’inclusions, de pas positifs et de réconciliations», exprime le chef de la communauté de Kitikan Zibi, Dylan Whiteduck.

En 2016, la Ville avait inauguré la Place Abinan au coin de la rue Jacques-Cartier et Saint-Antoine en collaboration avec la communauté de Kitigan Zibi.