Le trésorier Normand Breton et la présidente Fanny Allard travaillent d'arrache-pied pour créer une auberge de jeunesse à Gatineau.
Le trésorier Normand Breton et la présidente Fanny Allard travaillent d'arrache-pied pour créer une auberge de jeunesse à Gatineau.

Gatineau aura bientôt sa première auberge de jeunesse

Guillaume St-Pierre
Guillaume St-Pierre
Le Droit
Les voyageurs à petit budget pourront bientôt inscrire Gatineau à leur itinéraire. Si tout se déroule comme prévu, la quatrième plus grande ville du Québec accueillera sa première auberge de jeunesse en 2014.
Réclamé depuis longtemps par les globe-trotters, le gîte touristique serait aménagé à l'intérieur du presbytère de l'Église catholique portugaise du St-Esprit, dans le Vieux-Hull.
L'entreprise fonctionnerait selon un mode coopératif, à l'image de l'Auberge Petite-Nation, à Saint-André-Avellin.
Quatre auberges de jeunesse affichent leur enseigne à Ottawa, dont une faisant partie du large réseau de la Fédération internationale des auberges de jeunesse, qui compte 4500 établissements dans 80 pays.
«Il y a beaucoup de clientèle qui se présente à Tourisme Outaouais et qui demande pour de l'hébergement à prix modique, mais de qualité, et qui finissent par aller à Ottawa», souligne la présidente le la coopérative de solidarité de l'Auberge de jeunesse de Gatineau, Fanny Allard. «Ce sont des revenus en moins pour la région de Gatineau.»
Ce type d'établissement, très prisé par les voyageurs de tous âges, aiderait Gatineau à attirer et retenir les touristes étrangers, croit-elle.
Les élus municipaux et autres notables martèlent en effet avec regret que le Musée canadien des civilisations est souvent le seul arrêt des touristes en terre québécoise.
«Je pense que l'auberge peut aider à faire découvrir d'autres lieux que les musées», renchérit Mme Allard.
Le projet en est à sa phase "émergente". Des étudiants en architecture de La Cité collégiale sont actuellement assis à leur table à dessin.
Les gestionnaires du projet, eux, tentent de convaincre la Fédération internationale des auberges de jeunesse d'accepter dans son cercle l'établissement gatinois, même si ce dernier était en concurrence avec un de ses membres de l'autre côté de la rivière, le HI-Ottawa Jail Hostel, situé sur la rue Nicholas. «On va essayer de leur faire voir qu'on est dans une province différente», indique-t-elle.
Il en coûte entre 20$ à 50$ pour une nuit dans une auberge de jeunesse, selon le type d'hébergement choisi.