La gare de Masson
La gare de Masson

Gatineau amorce un inventaire de ses bâtiments historiques

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
Gatineau a amorcé un inventaire de ses bâtiments historiques, un nouvel outil qui lui permettra d'interdire plus aisément la démolition de son patrimoine bâti.
Dans l'immédiat, des experts recommandent de protéger 12 bâtiments et deux croix de chemin en les citant «monuments historiques».
Des édifices connus, comme La Fonderie, La Filature, la gare de Masson, de même que trois églises, un ancien presbytère et une maison allumette, sur la rue Garneau, font partie des bâtiments à protéger.
Les experts suggèrent aussi de créer sept nouveaux sites du patrimoine, dont le parc du 100, rue Gamelin, les cimetières St. James, Bellevue et Notre-Dame, et une bonne partie du Buckingham industriel.
La création d'un inventaire du patrimoine bâti est réclamé depuis plusieurs années à Gatineau, une ville dont le patrimoine a été saccagé plus souvent qu'à son tour depuis les expropriations massives des années 1970.
En 2003, la municipalité a été incapable d'empêcher la démolition de la maison Hendley pour laisser place à des immeubles à logements. Construite en 1908, la maison n'était protégée par aucune citation ou désignation patrimoniale.
Encore tout récemment, la Ville de Gatineau a refusé à deux reprises la démolition de la maison du gardien du cimetière Notre-Dame, sur le boulevard Fournier.
Construit en 1915, l'édifice fait partie des bâtiments à protéger en priorité, selon les recommandations des experts. Tout comme l'arche et le charnier.
À titre de présidente du comité des démolitions, Denise Laferrière s'est opposé à deux reprises à la démolition de la maison du gardien, souhaitée par le propriétaire, Les Jardins du souvenir.
«Vous nous donnez raison, a-t-elle dit aux experts, en disant que la maison du gardien est quelque chose de drôlement intéressant et, d'ailleurs, vous nous recommandez de conserver le cimetière dans son ensemble.»
Pour l'heure, les experts de la firme Bergeron, Gagnon ont inventorié le quart des 2700 bâtiments qui présentent un intérêt patrimonial potentiel à Gatineau.
En parallèle, le conseil municipal a approuvé un nouveau programme de subventions pour maintenir en état les bâtiments patrimoniaux.
Selon l'importance historique du bâtiment, Gatineau contribuera jusqu'à 40 % des travaux qui pourront atteindre un maximum de 25 000 $. Pour le moment, seuls les 568 bâtiments déjà inventoriés sont admissibles.