Actualités

Déjeuner-bénéfice du SPVG: 22 060$ remis à l'AQETA Outaouais

La cinquième édition du déjeuner-bénéfice du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) s’est soldée avec un don de 22 060 $ à l’Association québécoise des troubles d’apprentissage (AQETA), section de l’Outaouais.

L’événement qui s’est déroulé au restaurant Mikes de Gatineau, a permis aux policiers de rencontrer le public, tandis que les membres de l’AQETA ont pu partager leur mission auprès des personnes souffrant de troubles d’apprentissage.

Gatineau

Un premier rapport de l'ombudsman rendu public

La nouvelle ombudsman de la Ville de Gatineau a présenté son rapport annuel, mardi, le tout premier depuis la controverse qui a mené à la dissolution de l’ancien bureau que dirigeait André Guay et à la réforme complète de l’institution. Deux constats ressortent de cette première publication de Maryline Caron : les incidents de 2017 ont probablement eu un impact à la baisse sur le nombre de plaintes faites par les citoyens auprès de l’Ombudsman, et les gens comprennent bien mal le rôle joué par cette institution impartiale.

Au chapitre des statistiques, 159 dossiers ont été traités par le Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG) en 2018. Près de la moitié des plaintes ont nécessité des interventions auprès de l’administration.

Crue printanière 2019

Moratoire sur les zones inondables: «une étape», dit le maire de Gatineau

Le moratoire sur les constructions en zones inondables annoncé par Québec lundi satisfait le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin, qui insiste pour dire qu’il ne s’agit « que d’une étape » et que la réflexion au sujet de solutions durables ne fait que débuter.

« C’est une bonne décision, une décision nécessaire, mais ce n’est qu’une étape. Les vraies questions pour l’avenir, c’est qu’est-ce qu’on fait avec ces quartiers-là, quelles mesures on prend pour que les gens qui quittent puissent le faire sans perdre trop d’argent ? Et s’ils restent, comment peut-on prévenir de tels événements ? Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il y aura de grandes questions à se poser dans les mois à venir. La création d’un comité de travail incluant les villes est aussi une bonne nouvelle », affirme le premier magistrat.

Actualités

Archives nationales: un nouveau pavillon carboneutre à Gatineau

Ottawa dévoile les plans du deuxième pavillon qui sera construit derrière l’actuel Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada, à Gatineau.

Le nouveau centre — carboneutre — sera construit d’ici 2022, sur le boulevard du Carrefour.

Le bâtiment cubique aura la même mission de préserver les archives du Canada.

Sa construction et la réfection du bâtiment principal doivent coûter 330 millions $, selon un partenariat public-privé avec le consortium Les Propriétés Plenary Gatineau (PPG).

À LIRE AUSSI: Un investissement de plus de 400 millions $ à Gatineau

Le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, a fait valoir en conférence de presse mardi que le bâtiment cubique deviendra le premier «carbo net zéro» voué à la préservation des archives en Amérique.

Le deuxième centre abritera d’importants documents canadiens et trésors nationaux.

Il s’agira de la plus grande installation de préservation au monde équipée d’un système automatisé de haute technologie pour l’entreposage et la récupération des archives.

Les 330 millions annoncés par Ottawa incluent aussi la réfection des chambres fortes du bâtiment existant, aussi situé sur le boulevard du Carrefour, dans le secteur Gatineau.

Ce bâtiment utilisera des sources de carburant et des matériaux de construction permettant de réduire l’utilisation de carbone dans son fonctionnement.

La construction du bâtiment doit donner du travail à plus de 1000 personnes.

Gatineau

Louise Boudrias «nous crache au visage», accuse Cédric Tessier

Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, est sorti de ses gonds, mardi, et a décidé de régler publiquement ses comptes avec la conseillère Louise Boudrias.

Il n’a pas du tout apprécié la sortie sur Facebook de la conseillère concernant la présentation qui doit être faite, mercredi, sur l’état de situation du chantier du boulevard Saint-Joseph. Il accuse Mme Boudrias de déformer des faits dans le but de faire mal paraître la Ville en affirmant ne pas être capable d’obtenir toute l’information dans ce dossier.

À LIRE AUSSI : Travaux sur Saint-Joseph: la tension monte à nouveau

« Comme à son habitude, Mme Boudrias ne fait que critiquer, a-t-il lancé en entrevue avec Le Droit. Chaque fois qu’on lui tend la main, qu’on la met dans le coup, elle nous crache au visage. C’est exactement ce qu’elle fait aujourd’hui et ça me dégoûte. […] Ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis le début du mandat. Elle a décidé d’être dans l’opposition systématique, d’être dans le chialage systématique et même quand on lui tend la main pour travailler avec elle, elle finit toujours par se virer de bord et nous planter un couteau dans le dos. Elle déforme les faits. Chaque fois qu’on lui donne un peu d’information, elle l’utilise au maximum pour planter la ville. C’est son seul objectif. Même si ce n’est pas vrai, même si ça n’a pas rapport, c’est ça son objectif. Planter la Ville tout le temps. »

M. Tessier précise que contrairement à ce qui a été rapporté par Le Droit, mardi, il détenait autant d’information sur l’état du chantier du boulevard Saint-Joseph que Mme Boudrias en début de journée. 

Il assure avoir mis Mme Boudrias dans le coup dès le 10 avril, lorsqu’il a été mis au fait de « certains enjeux » concernant le boulevard Saint-Joseph. 

Il avait alors été prévu d’organiser une conférence de presse sur le sujet.

Informations imprécises

« Lors de la rencontre pour préparer cette conférence de presse, le 30 mai, Mme Boudrias a décidé de ne plus y participer, pour toutes sortes de raisons, mentionne M. Tessier. On a dû revoir notre façon de fonctionner. »

Entre-temps, il est apparu que certaines des informations que les élus devaient partager avec les Gatinois lors de cette conférence de presse annulée étaient contradictoires. 

« Tout ça n’était pas 100 % attaché, admet M. Tessier. À ce moment-là, on pensait que oui, mais il y a eu des contradictions selon à qui on parlait. Le service des infrastructures, l’urbanisme, le centre de service de Hull, les travaux publics, on n’avait pas la même information de tout le monde et c’était problématique. »

M. Tessier précise que deux présentations distinctes seront faites en public mercredi. Une première sur le concept d’aménagement, et une deuxième sur l’état de situation des travaux. 

« C’est à 90 % ce qu’on avait reçu comme information le 10 avril avec Mme Boudrias. »

Gatineau

Travaux sur Saint-Joseph: la tension monte à nouveau

Que se passe-t-il exactement avec le boulevard Saint-Joseph ? Les Gatinois l’apprendront mercredi matin, pratiquement en même temps que le président du comité exécutif, Cédric Tessier, et que les deux conseillers indépendants touchés par l’énorme chantier de construction, Louise Boudrias et Jocelyn Blondin.

Le cabinet du maire Maxime Pedneaud-Jobin prépare cette sortie publique depuis le mois d’avril, lorsque « certains enjeux » liés au chantier de réfection du boulevard ont été portés à l’attention des élus.

À LIRE AUSSI : Louise Boudrias «nous crache au visage», accuse Cédric Tessier

Mme Boudrias a affirmé avoir participé à une rencontre, le 30 mai dernier, au bureau du maire, afin de préparer un point de presse en lien avec l’état de situation du chantier du boulevard Saint-Joseph. « J’ai alors refusé de participer à cet éventuel point de presse parce que je refuse de dire ce qu’ils veulent nous faire dire, affirme la conseillère. S’il y a des retards, il faut les expliquer, pas les enrober dans des opportunités. »

Le dossier a même donné lieu à une légère prise de bec sur Facebook, lundi soir, entre la conseillère et l’attachée de presse du maire, Laurence Gillot. Mme Boudrias s’est publiquement plainte de ne pas être en mesure d’obtenir le document de présentation concernant le boulevard Saint-Joseph avant qu’il ne devienne public mercredi matin. « Qu’avons-nous à cacher », a-t-elle ajouté.

L’attachée de presse du maire a répliqué : « vous avez reçu de la documentation lors d’une rencontre que j’ai organisée personnellement afin de répondre à vos questions. Le dossier n’étant pas complet et, à juste titre de vos interrogations, nous avons posé de nombreuses questions aux services municipaux. […] Au contraire de ce que vous affirmez, tout sera dévoilé au bénéfice de la population. »

Mme Boudrias a précisé avoir reçu le document final de la présentation de mercredi en milieu d’après-midi, mardi, soit quelques heures seulement après M. Tessier.

Gatineau

Le projet de musée régional en Outaouais se précise

EXCLUSIF / Le milieu de la culture et du patrimoine s’est entendu sur le modèle du futur musée régional de l’Outaouais. Il s’agira d’une institution dotée d’un nouveau site central qui abritera un lieu d’exposition, un entrepôt spécialisé dans la conservation d’artefacts, ainsi que toute l’expertise en muséologie nécessaire pour une telle infrastructure. Les autres musées locaux déjà présents sur le territoire de l’Outaouais deviendront des satellites et bénéficieront de tous les services regroupés dans l’institution centrale.

Le Droit a obtenu, en primeur, le rapport final découlant de l’exercice de concertation du milieu tenu en octobre 2018. Il sera rendu public ce mardi par le Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais (RPGO). 

« C’est le modèle qui fait le plus grand consensus, c’est clairement le modèle et le plan de match qui correspond le plus aux attentes du milieu », note le directeur général du RPGO, Louis-Antoine Blanchette.

Gatineau

Attraction d'entreprises: Gatineau passe à l'offensive

Gatineau se sent prête pour jouer dans la cour des grands et partir à l’assaut des entreprises étrangères. La Ville a lancé, lundi, avec ID Gatineau une offensive pour attirer plus d’entreprises de l’extérieur. L’objectif avoué de la démarche est que tous les démarcheurs économiques au pays reconnaissent Gatineau comme un lieu intéressant pour établir une entreprise.

La stratégie « Pourquoi Gatineau » est avant tout une série d’outils de mise en valeur, principalement numériques, qui doivent permettre à Gatineau de se positionner comme un pôle économique d’importance dans la région de la capitale fédérale. 

Son fer de lance est déjà bien identifié, il s’agit de l’écosystème mis en place pour tout ce qui touche de près où de loin à la cybersécurité, aux technologies numériques et à tout le secteur manufacturier complémentaire à ces domaines de pointe.

« Beaucoup d’entreprises canadiennes sont intéressées à se rapprocher du grand donneur d’ordres qu’est le gouvernement fédéral, note le directeur général d’ID Gatineau, Jean Lepage. On est méconnu des investisseurs étrangers, des investisseurs internationaux et des agences gouvernementales qui font de la prospection, comme Investissement Québec. On va prendre n’importe quelle entreprise qui s’insère dans notre stratégie, mais notre priorité c’est la cybersécurité et le secteur manufacturier complémentaire, notamment les entreprises qui font dans l’équipement numérique, ou celles en lien avec la transformation de la forêt et le secteur agroalimentaire. »

Une mission économique sera organisée cet automne, à Montréal et Québec, afin de réaliser une offensive auprès des principaux organismes économiques de la province, les élus et des fonctionnaires.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, estime qu’une telle démarche, faite avec autant de conviction quant aux atouts que possède Gatineau n’aurait pas été pensable il y a quelques années. 

« Ce qu’on a fait dans les dernières années, a-t-il rappelé, c’est de remettre la maison en ordre, on a fait une réforme de nos institutions économiques, on s’est donné un écosystème et une capacité d’accompagnement plus grande qu’avant. Je ne suis pas sûr qu’on aurait pu avoir le même discours de fierté il y a un certain nombre d’années, alors que là nos paroles correspondent à nos actes. La Ville, la région et tous les autres partenaires se sont rassemblés pour être beaucoup plus forts. »

Le maire Pedneaud-Jobin a mentionné que le Rapport Beaudry, réalisé en 1992, recommandait à Gatineau de prendre sa place. 

« On franchit aujourd’hui une étape cruciale, a-t-il indiqué. On est devant une étape qui démontre le niveau de maturité où on est rendu. On sait qu’on a des forces et on veut les mettre en valeur, on veut rayonner. C’est plus que de l’attraction d’entreprise, c’est du rayonnement et de l’affirmation régionale, autant dans la grande région ici qu’à l’extérieur. C’est un exercice économique, mais c’est aussi de la fierté et l’ambition d’être une ville qui s’affirme et j’en suis très fier. »

Afin de faire vivre l’offensive Pourquoi Gatineau, deux postes ont été créés à ID Gatineau, soit un poste de conseiller du développement des affaires et attraction des investissements et un agent de communication qui viendra l’appuyer dans le déploiement des actions de la stratégie. 

Parmi les outils développés, il y a un microsite web qui héberge une vidéo promotionnelle ainsi que des capsules d’ambassadeurs qui déclinent les avantages de Gatineau. 

Il y a aussi une brochure interactive qui pourra être adaptée en fonction du type d’entreprise ciblée. 

Gatineau

La vitesse inquiète dans Limbour

La vitesse sur la rue Le Roy dans le quartier Limbour à Gatineau est source d’inquiétude, et une citoyenne demande l’intervention de la Ville pour régler la situation.

Aux heures de pointe du matin et du soir, les automobilistes sont nombreux à utiliser les rues Le Roy et du Sommelier comme voies de contournement afin d’éviter les bouchons de circulation sur la route 307.