Gatineau

Nouvelle œuvre d’art au centre-ville de Gatineau

Une nouvelle œuvre d’art fera son apparition au cours des prochains mois dans le centre-ville de Gatineau, à l’intersection des rues Laurier et Hôtel-de-Ville.

L’œuvre Humanitude de l’artiste gatinois Serge Olivier Fokoua est une référence aux liens universels qui unissent les familles. C’est un appel au « vivre-ensemble », un thème de plus en plus présent dans le discours public à Gatineau. 

La sculpture est composée de sept éléments faits d’acier galvanisé peint. Elle amalgame deux objets du quotidien, la borne d’incendie pour symboliser la protection, et la marmite, un objet universel utilisé par l’artiste pour symboliser l’hospitalité. Disposés en portrait de famille, les éléments font référence à l’harmonie. Le communiqué de presse publié ce matin par la Ville de Gatineau précise que l’œuvre « célèbre l’amour, le partage et la fraternité ». 

Ce projet découle d’un concours d’art public réalisé en partenariat avec Loto-Québec. L’artiste a reçu un montant de 40 000 $ pour la réalisation de son œuvre. 

Humanitude est la 74e œuvre de la collection d’art public de la Ville de Gatineau. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin estime que l’œuvre traduit la reconnaissance de la diversité culturelle et de l’inclusion sociale. Elle sera intégrée au sentier culturel du centre-ville.

Gatineau

Gatineau dévoile son plan vélo

Gatineau a l’occasion de montrer de quel bois elle se chauffe lorsqu’elle dit vouloir redevenir la capitale du vélo qu’elle était. La Ville présente publiquement, ce mercredi, son plan directeur vélo qui doit déterminer les principales actions à mettre de l’avant au cours des prochaines années pour y arriver.

Les cyclistes attendent ce plan depuis plusieurs années. Les élus parlent de l’importance de revendiquer à nouveau le titre de la capitale du vélo depuis 2013. Dans nos pages opinons de notre édition d’aujourd’hui, le président du conseil municipal et responsable du dossier vélo, Daniel Champagne, dit qu’il est temps pour Gatineau de « redonner à la bicyclette toute la place qu’elle mérite ».

Gatineau

Train léger: un projet de 1,5 G$, soutient Lisée

Le coût du projet de train léger pour desservir l’ouest de Gatineau serait évalué à 1,5 milliard $. C’est ce qu’a précisé le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, jeudi, en confirmant l’appui au projet par un éventuel gouvernement formé par le PQ.

« On parle d’un budget de 1,5 milliard $ et oui on est très ouvert à ça, on veut que ça se réalise, a-t-il indiqué. On va regarder le plan d’affaires, la contribution du fédéral et de Québec, mais nous on veut être le gouvernement qui fera faire un grand pas en avant à la mobilité durable dans tous nos centres urbains et c’est exactement le genre de projet qu’on veut appuyer. »

Gatineau

Brigil favorable à une citation patrimoniale «flexible»

Le grand patron de Brigil, Gilles Desjardins, se dit en faveur d’une citation patrimoniale du quartier du Musée, « dans la mesure » où les critères d’application « autorisent la réalisation d’immeubles iconiques surplombant notre ville et la capitale » comme son projet de tours de 35 et 55 étages.

Alors que le débat sur la citation patrimoniale du quartier du Musée doit culminer sur un vote au conseil municipal le 28 août prochain, Gilles Desjardins n’entend pas ménager d’efforts pour vendre sa vision aux élus et aux citoyens de Gatineau, une vision qu’il juge « compatible avec la préservation et la mise en valeur de notre histoire ».

Le conseiller spécial du promoteur, Yves Ducharme, a fait valoir qu’aux yeux de Brigil, « il est possible de marier le passé et le présent pour faire briller notre avenir ».

Après s’être opposé à la citation patrimoniale du quartier du Musée, Gilles Desjardins s’y dit maintenant favorable, mais sous certaines conditions seulement. Il souhaite donc intégrer son projet Place des Peuples dans le cadre d’une « citation patrimoniale innovante, moderne et flexible ».

Si son souhait est exaucé à cet égard, un changement de zonage serait aussi nécessaire pour autoriser la construction d’édifices de plus de trois étages sur les terrains de la rue Laurier appartenant à Brigil.

Pour l’appuyer dans ses démarches, M. Desjardins a requis les services du directeur de l’urbanisme et de l’architecture de paysage chez Stantec, Steve Potvin, qui se spécialise dans les dossiers patrimoniaux. 

Selon M. Potvin, le projet de Brigil peut très bien s’intégrer dans le quartier du Musée en respectant son aspect patrimonial.

Il est également « très possible » que les plans actuels des tours de 35 et 55 étages diffèrent de ceux qui ont déjà été présentés, a fait savoir M. Desjardins.

Ce dernier, qui rencontrera les responsables du service de l’urbanisme à la fin mai, affirme donc qu’il « tend la main à la Ville pour travailler en harmonie pour faire un projet extraordinaire ».

L’attachée de presse de Maxime Pedneaud-Jobin a de son côté fait savoir que le maire ne commenterait pas, jeudi, cette sortie de Gilles Desjardins.

Actualités

Les villes dans une «impasse fiscale», avertit l’UMQ

Le monde municipal a rapidement donné le ton à ses Assises 2018 qui s’amorcent au Hilton du Lac-Leamy. Alors que plus de 1200 élus municipaux convergent vers Gatineau, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a dévoilé, mercredi, une étude d’Aviseo Conseil qui conclut que « l’impôt foncier a atteint sa limite » et que les villes sont dans une « impasse fiscale ».

Le message envoyé par l’UMQ aux partis qui s’apprêtent à demander la confiance de la population pour les quatre prochaines années est clair. Après l’autonomie récemment acquise, les villes veulent une réforme de leur fiscalité. Les transformations occasionnées par la croissance de l’économie numérique et les profonds changements démographiques qui n’épargneront aucune ville au cours des prochaines années doivent contraindre Québec à se livrer à l’exercice, selon l’UMQ. 

« Il faut adapter notre fiscalité pour qu’on puisse faire face à ça, a insisté le président de l’UMQ, Alexandre Cusson. Si on ne prend pas des actions à court et moyen terme, on va se retrouver dans une impasse fiscale ».

En plus d’avoir le fardeau de l’entretien de 60 % des infrastructures publiques déjà mal entretenues, les villes sont de plus en plus dépendantes de l’impôt foncier. La taxe foncière représente près de 70 % des revenus des municipalités du Québec, c’est 87 % à Gatineau. Or, d’après l’étude d’Aviseo, plus l’économie numérique croît, plus les villes font face à la « dématérialisation ». 

Auparavant, expliquent les chercheurs, le cadre bâti des villes, la principale source de revenus, suivait la même croissance que l’économie. Ce n’est plus le cas. 

« Les gens travaillent de leur sous-sol, font des commandes en ligne sans avoir besoin d’un commerce qui a pignon sur rue, explique M. Cusson. C’est un nouveau modèle d’affaires qui s’est créé à partir d’actifs intangibles. En 2016, ce sont 2000 commerces qui n’ont pas ouvert. Il y a un impact important sur notre fiscalité. Ça représente 3 milliards $ de pertes en valeur foncière, 65 millions $ de revenus pour les municipalités. C’est l’équivalent de ne pas ouvrir 350 Walmart au Québec. »

Les ventes en ligne ont connu une croissance de 14 % depuis 2009, rappelle Aviseo, une tendance qui pourrait doubler d’ici cinq ans. 

Dans les villes, cela représentera une menace pour les artères commerciales, soutient l’étude d’Aviseo Conseil. Les difficultés que rencontrent les Galeries de Hull depuis le départ du magasin Sears en sont un bel exemple.  

La nouvelle économie pourrait entraîner des pertes fiscales de 500 millions $ d’ici cinq ans.

Gatineau

La police pourra intervenir sur le corridor du Rapibus

La Police de Gatineau pourra désormais intervenir directement dans le corridor du Rapibus et imposer des constats d’infraction.

Auparavant, les interventions liées à la sécurité étaient réservées aux inspecteurs de la Société de transport de l’Outaouais (STO), mais ces derniers n’avaient pas le pouvoir d’imposer des sanctions.

« On ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de situations qui nécessitaient des interventions, a reconnu le président du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Gilles Carpentier. La nouvelle entente avec le service de police vient combler un vide. Le but n’est pas de soudainement commencer à faire des interventions de vitesse sur les véhicules de la STO, mais de contrer les intrusions dans le corridor. On se rend compte qu’il y a pas mal de gens qui se permettent des insécurités. »

Il n’est pas rare, selon M. Carpentier, de croiser des piétons, des coureurs et des cyclistes sur le corridor rapide. Ceux qui se feront pincer seront maintenant mis à l’amende.

Gatineau

Bureau ouverte aux tours de Brigil

Alors qu’elle s’était vivement débattue pour que le projet du 22, rue Principale soit plus respectueux du patrimoine d’Aylmer, la conseillère Audrey Bureau, de retour de vacances, aborde le dossier de la protection du quartier du Musée d’une tout autre façon.

Elle reconnaît qu’une citation patrimoniale est dans certains cas l’outil le plus efficace pour protéger le patrimoine, mais elle considère que l’utilisation qui est faite de ce processus dans le dossier du quartier du Musée n’est pas appropriée puisqu’il sert avant tout, selon elle, à empêcher la réalisation du projet Place des peuples. « La citation patrimoniale est un processus sérieux qui doit être fait pour les bonnes raisons, a-t-elle ajouté. On ne doit pas le faire en réaction, mais pour mettre en valeur et célébrer le patrimoine. »

Gatineau

Le concept final du futur Guertin présenté

Les Gatinois ont maintenant une idée beaucoup plus précise de l’allure qu’aura le futur complexe quatre glaces de Gatineau.

Des esquisses officielles du nouveau domicile des Olympiques de Gatineau ont été présentées aux élus, mardi après-midi, en préparation de la séance du conseil municipal qui s’est tenue plus tard en soirée. Le conseil a d’ailleurs adopté une série de dérogations mineures demandées par Vision multisports Outaouais (VMSO) pour rendre son projet conforme à la réglementation. Elles auront pour effet de réduire la superficie vitrée de l’immeuble exigée par la réglementation, notamment pour le mur longeant le boulevard Maloney.

Le conseiller du quartier, Daniel Champagne, a précisé que les premières images présentées par VMSO et que les citoyens ont en tête depuis plus d’un an ne faisaient pas référence au concept officiel du futur Guertin. 

Gatineau

Urbanisme: Gatineau passe à la demande de permis en ligne

Depuis mardi matin, citoyens et entreprises peuvent, de leur ordinateur, soumettre une demande de permis ou de certificat au service de l’urbanisme de la Ville de Gatineau. Il n’est plus nécessaire de se rendre dans l’un des points de service de la Ville pour les demandes les plus courantes. Toute l’information pertinente relative à la démarche à suivre, les documents à fournir, les formulaires à remplir ou encore les frais applicables ont été regroupés sur le site gatineau.ca/permis.

Et si une difficulté survient, plutôt que de se déplacer avec son dossier complet en espérant une file d’attente pas trop longue, le citoyen pourra soumettre une demande d’information du confort de son foyer. Il devrait obtenir une réponse dans les 48 à 72 heures. Lorsqu’une visite dans l’un des bureaux de l’urbanisme deviendra nécessaire, il sera possible, toujours en ligne, de prendre un rendez-vous avec un fonctionnaire et ainsi éviter l’attente en ligne.

« Derrière la mise en place de cette page web, il y a toute une révision de nos processus d’affaires, toute une révision de la façon d’accompagner le citoyen, a noté la directrice du module de l’aménagement du territoire de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand. La page web, c’est un outil. Ça ne sert à rien de lancer un outil comme ça si on n’a pas révisé notre façon de traiter les citoyens. L’objectif est de faciliter la vie en demandant aux gens de d’abord s’informer pour qu’on puisse ensuite offrir un accompagnement plus ciblé. »

La nouvelle page web comprend plusieurs sections, à savoir sur les permis de lotissement, permis de construire, certificats d’autorisation, demandes assujetties à l’approbation du conseil, permis d’affaires, demande d’informations et prise de rendez-vous. Une série de dépliants d’information est aussi disponible sur tous les sujets les plus communs au service de l’urbanisme, allant des normes pour une piscine et une terrasse, à celles pour les abris d’auto ou pour les nouveaux bâtiments attachés à l’habitation. 

« Les 20 000 demandes faites chaque année au service de l’urbanisme, 80% sont faites en personne, note Mme Marchand. Souvent, les gens arrivent avec peu d’information sur leur projet, donc nous avons aussi peu d’information et ça force souvent à plusieurs visites. Là, les gens arriveront, nous aurons leur adresse et une idée du projet. Nous serons en mesure de mieux préparer la rencontre. »

Gatineau

Les élus convergent vers Gatineau

Gatineau deviendra l’épicentre du monde municipal québécois pendant trois jours, cette semaine. Plus de 1200 congressistes sont attendus dès mercredi au Hilton du Lac-Leamy pour les Assises 2018 de l’Union des municipalités de Québec (UMQ). Ce sera l’occasion pour des centaines de maires et conseillers municipaux d’interpeller les chefs politiques des principaux partis et d’entendre ce qu’ils ont à proposer à l’aube des élections générales du 1er octobre prochain.

Les Assises 2018 prendront réellement leur envol jeudi, alors que défileront tour à tour au cours de la journée le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en matinée, ainsi que les chefs des partis d’opposition François Legault, Jean-François Lisée et Gabriel Nadeau-Dubois en après-midi. La journée culminera avec un Forum sur la plateforme municipale de l’UMQ en prévision du rendez-vous électoral de l’automne.