Galipeau et Bélanger visent la présidence aux Communes

Louis Lafortune
Louis Lafortune
Le Droit
Au moins deux députés fédéraux locaux — et possiblement trois — seront dans la course à la présidence de la Chambre des communes, lorsque les travaux reprendront mardi prochain.
Le député conservateur d'Ottawa-Orléans, Royal Galipeau, a annoncé au Droit, hier après-midi, qu'il se portera candidat à ce poste. « Je serai candidat à la présidence de la Chambre », a confirmé M. Galipeau, de Winnipeg, où il participe au congrès du Parti conservateur du Canada.
« Il y a des députés qui font des cabales en ce moment. Moi, je n'ai pas l'intention d'en faire. Je ferai, mardi, une déclaration à la Chambre », a ajouté M. Galipeau, qui était l'un de deux vice-présidents des Communes dans le dernier Parlement.
Le député libéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, vient aussi de confirmer qu'il sera candidat à la présidence des Communes.
Quant au député libéral de Hull-Aylmer, Marcel Proulx, il réfléchit toujours. « La décision n'est pas prise encore. Je devrais prendre ça bientôt. J'ai jusqu'à lundi soir », a indiqué hier M. Proulx.
En avril 2006, Marcel Proulx s'était incliné par quelques voix devant son collègue libéral de Kingston, Peter Milliken. Ce dernier est président depuis 2001 et il a déjà indiqué qu'il sollicitera un autre mandat. Il a toutefois été la cible de nombreuses critiques de ses collègues députés, qui lui reprochent de ne pas bien contrôler les débats. Le comportement et les échanges acrimonieux entre députés n'étaient parfois pas dignes du décorum attendu des Communes, se sont plaints les députés.
Comme le veut la tradition, le tout premier item à l'ordre du jour d'une rentrée parlementaire est l'élection d'un président de la Chambre. Au fédéral, tous les députés peuvent postuler.
Parmi les autres candidats, on retrouve notamment le député néo-démocrate Joe Comartin, ainsi que les conservateurs, Barry Devolin, Andrew Scheer, et Merv Tweed.