Les ambassadrices et l’ambassadeur du Gala robes rouges.

Gala Robe rouge : montant record pour Coeur + AVC

Le gala Robe rouge en appui aux femmes victimes de maladies du coeur et d’accident vasculaire cérébral (AVC) a permis d’amasser un record de 151 500 $ en dons pour la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC. Fait intéressant, les hommes se dégênent et sont plus nombreux à participer à l’événement.

Il s’agissait de la septième édition du gala auxquelles ont participé près de 700 personnes vendredi soir au palais des congrès de Gatineau.

«Nous avions peut-être 20 % d’hommes cette année par rapport à l’an dernier où ils représentaient dix ou douze pour cent des participants. Les hommes ont compris qu’ils sont les bienvenus, finalement», a dit avec un rire de satisfaction Jo Anne Swanson, directrice du gala Robe rouge.

C’était aussi cette année la deuxième fois où des hommes étaient des ambassadeurs. Cette année, il y avait douze ambassadrices et un ambassadeur. Leurs rôles sont d’amasser des fonds pour la fondation et d’être influents dans leur communauté en parlant du gala et en faisant la promotion de saines habitudes de vie.

«Nous sommes très satisfaites du gala de vendredi, et nous sommes déjà en mode 2019», a indiqué Mme Swanson, qui a elle-même subi une crise cardiaque en avril 2005.

«C’est la raison pourquoi je m’implique, a-t-elle signalé. J’essaie de sensibiliser les gens à adopter de saines habitudes de vie et aussi m’assurer d’avoir des dons pour la fondation.»

Selon l’organisation Coeur + AVC, les maladies du coeur et les AVC sont les causes principales de décès prématurés chez les femmes. Les AVC tuent un tiers de plus de femmes que d’hommes au Canada. 

Comparativement aux hommes, les femmes sont 60 % moins susceptibles de retrouver leur autonomie et réalisent moins de gains fonctionnels après un AVC, d’après le Bulletin sur l’AVC 2018.

«Le corps des femmes est différent, et elles sont plus à risque de subir un AVC à certains moments de leur vie. L’AVC est trois fois plus fréquent chez les femmes enceintes que chez celles d’âge comparable qui ne le sont pas», souligne le document, tout en précisant que le risque d’AVC augmente chez les femmes ménopausées.