Accompagnés d'un agent de la SQ, trois enquêteurs du Bureau de la concurrence ont investi, jeudi et hier, les locaux gatinois de Genivar à la recherche de documents concernant des contrats et appels d'offres avec la Ville de Gatineau
Accompagnés d'un agent de la SQ, trois enquêteurs du Bureau de la concurrence ont investi, jeudi et hier, les locaux gatinois de Genivar à la recherche de documents concernant des contrats et appels d'offres avec la Ville de Gatineau

Frappe chez Genivar

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Le Bureau de la concurrence a investi, jeudi et vendredi, les bureaux de la firme de génie-conseil Genivar à Gatineau afin de mettre la main sur des documents concernant des contrats et des appels d'offres avec la Ville de Gatineau.
Comme LeDroit le révélait en primeur, vendredi matin, cette intervention menée par trois enquêteurs du Bureau de la concurrence a été confirmée par la directrice des communications de Genivar. Un agent de la Sûreté du Québec les accompagnait afin de s'assurer que tout se déroule rondement à l'intérieur des bureaux de la firme située au 500, boulevard Gréber.
« Nous avons collaboré avec le Bureau de la concurrence qui voulait avoir accès à de l'information relativement à des appels d'offres qui ont eu lieu dans le passé avec la Ville de Gatineau », a indiqué au Droit la directrice des communications de la firme, Isabelle Adjahi.
Le Bureau de la concurrence confirme de son côté qu'il mène « plusieurs enquêtes » actuellement concernant des activités anticoncurrentielles. « Nous ne pouvons toutefois pas donner de précisions sur les enquêtes du Bureau qui sont en cours, étant donné que la loi nous oblige à mener nos enquêtes de façon confidentielle », a précisé Gabrielle Tassé, conseillère principale en communications de l'organisme fédéral. Cette dernière a ajouté que si le Bureau de la concurrence devait constater un comportement contrevenant à la Loi, il prendrait « les mesures qui s'imposent ».
Le Bureau de la concurrence du Canada est responsable de veiller à l'application de la Loi sur la concurrence. Il est aussi mandaté pour mener des enquêtes sur le truquage d'appels d'offres, sur la fixation des prix, les pratiques commerciales déloyales et la fusion d'entreprises, entre autres.
Quatre firmes, 80 % des contrats
En décembre dernier, LeDroit a révélé qu'un groupe de quatre firmes avait raflé plus de 80 % des contrats de génie-conseil dans la dernière décennie à Gatineau. Genivar, qui a obtenu environ 10 % de la valeur totale de ces contrats adjugés par la Ville de Gatineau, en faisait partie. Il avait aussi été révélé, dans la même foulée, que près de 40 % des contrats de pavage, d'égout et d'aqueduc, à Gatineau, avaient été remportés par les trois mêmes entreprises depuis 10 ans.
Le maire de Gatineau, Marc Bureau, avait alors indiqué qu'une unité anticollusion avait été formée à l'interne par la Ville et qu'aucune soumission truquée n'avait été détectée depuis sa création en 2010. « Si une soumission s'avérait truquée, elle serait alors retransmise au Bureau de la concurrence ou encore à l'Unité permanente anticollusion (UPAC) pour analyse approfondie », avait indiqué le service des communications de la Ville de Gatineau. À ce moment, aucune soumission n'avait été transmise à l'une ou l'autre de ces instances, assurait-on à la Ville.
Les données avaient été analysées à partir d'une liste de 15 000 contrats rendue publique par le maire Bureau, après que LeDroit eut révélé que seules les villes de Laval et de Gatineau refusaient de fournir ces données malgré des demandes d'accès à l'information.