Francis Drouin, député de Glengarry-Prescott-Russell

UOF: «La bataille n’est pas encore gagnée», juge Drouin

Si le gouvernement Ford n’inclut pas de clause garantissant le financement à long terme de l’Université de l’Ontario français dans son entente de principe avec le gouvernement fédéral, le député de Glengarry-Prescott-Russell Francis Drouin n’appuiera pas le projet.

Député de la région avec la plus forte concentration de Franco-Ontariens, M. Drouin affirme qu’il tient à « assurer la pérennité de l’éducation française en Ontario ».

Le gouvernement fédéral s’engage à financer l’Université de l’Ontario français sur une période de quatre ans. Pour pouvoir enfin dire que la bataille du mouvement de La Résistance est gagnée, le député Drouin affirme qu’il faudra d’abord que le gouvernement Ford s’engage à financer l’Université de l’Ontario français (UOF) à long terme, c’est-à-dire après ces quatre premières années. « Sinon, on va devoir manifester encore dans quatre ans. »

M. Drouin est d’avis que la volte-face « de dernière minute » du gouvernement conservateur de l’Ontario envers l’UOF est stratégique. « On fait deux pas derrière pour faire un pas devant. Ça fait trois lettres que la ministre Joly envoie à la province pour demander des discussions, et là, il est 11 h 59, et ils nous disent qu’ils sont prêts. »

Rappelons que dès le déclenchement des élections fédérales et durant toute la campagne, la machine politique est paralysée, empêchant parfois de faire avancer certains dossiers.