La présidente du conseil de gouvernance de l'Université de l'Ontario français, Dyane Adam

Université de l'Ontario français: de nouvelles options de financement possibles

Le conseil de gouvernance de l’Université de l’Ontario français (UOF) continue à mettre les bouchées doubles pour trouver des sources de financement alternatives. Ayant obtenu son numéro d’organisme de bienfaisance cette semaine, l’UOF peut maintenant élaborer une campagne de collecte de fonds.

« Pour les universités, particulièrement en Ontario, le gouvernement provincial n’est pas la source majeure de financement. Ça représente moins de 50 %. On veut vraiment s’activer à ce niveau-là », souligne Dyane Adam, présidente du conseil de gouvernance.

Cette dernière ajoute qu’une quinzaine de partenaires pourraient se joindre à l’institution dans la mission de développer et de transmettre du savoir. De plus, un promoteur immobilier a été choisi afin de mener à terme le projet, son rôle principal est de trouver un site potentiel pour l’emplacement permanent de l’UOF.

« Tout est en branle et on travaille sur différentes étapes pour en arriver à un projet bien ficelé », confie Mme Adam qui estime qu’il est prématuré de dévoiler plus de détails.

Pour ce qui est de l’objectif d’accueillir une première cohorte en 2020, la confiance de Mme Adam est moins forte qu’il y a quelques mois.

« Est-ce qu’on va démarrer selon la trajectoire prévue ? Probablement pas, parce que 2020 ça arrive très vite », confie-t-elle, ajoutant que plusieurs chantiers sont en branle et que les équipes travaillent d’arrache-pied afin de « commencer les activités assez tôt ». 

« On a de bons partenaires et on a toute sorte d’options qui sont envisagées, précise-t-elle. On est encore dans la phase de consolider nos partenariats. »

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, a rencontré les membres du conseil de gouvernance de l’Université en début de semaine afin de discuter d’éducation postsecondaire.

Tout en demeurant prudente, Mme Adam rappelle qu’en janvier dernier elle avait indiqué qu’elle avait l’intention de travailler avec tous les niveaux de gouvernement pour que l’Université puisse ouvrir « le plus tôt possible ».

« Je n’ai pas changé d’objectif et je poursuis dans ce sens-là. C’est important que l’Université se réalise le plus rapidement possible, affirme Mme Adam. On a des jeunes qui attendent de poursuivre des études en français dans notre région. Chaque année qui passe, il y a une génération qui n’a pas cette possibilité. Je poursuis mes discussions, que ce soit avec le fédéral, le provincial et même le municipal. »

Le 13 janvier dernier, la ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a octroyé 1,9 million $ pour assurer la survie du projet. L’enveloppe budgétaire permet au conseil de gouvernance de rester en poste pour une année supplémentaire et de travailler sur la mise en œuvre du Carrefour francophone du savoir et de l’innovation. Cette solution de transition a été annoncée quelques heures avant que le couperet ne tombe sur l’UOF, alors que la province avait annoncé la fin du financement à partir du 15 janvier.