La présidente du conseil de planification du projet de l’Université de l’Ontario français, Dyane Adam

Université de l’Ontario français: création du Conseil des gouverneurs

Le projet de l’Université de l’Ontario français franchit une étape de plus. Les membres du Conseil des gouverneurs ont été dévoilés lundi matin.

La présidente du conseil de planification, Dyane Adam, sera épaulée par 11 personnalités francophones issues de différents milieux.

« C’est une gouvernance par et pour les francophones. L’Université répond de façon très spécifique à plusieurs rapports et conversations qui ont eu lieu au cours des années », souligne Marie-France Lalonde, ministre des Affaires francophones.

Les 12 gouverneurs ont comme mandat de mettre sur pied le futur établissement d’enseignement.

« Le flambeau est maintenant passé. Les décisions vont appartenir à ces représentants de la communauté, soutient Dyane Adam. Le ballon est lancé et il faut tout arrimer pour accueillir la première cohorte. »

Afin d’être en mesure d’accueillir les premiers étudiants en 2020, les gouverneurs devront entre autres définir les cours qui seront offerts. La date de tombée a été établie au printemps 2019 afin d’obtenir les approbations nécessaires et ensuite lancer la campagne de promotion et de recrutement.

Les programmes devront répondre aux besoins de la main-d’œuvre.

Campus temporaire

Le conseil de gouverneurs doit trouver des locaux temporaires pour l’établissement d’enseignement. À deux ans du début des cours, Mme Adam admet qu’il serait ardu de trouver un campus permanent.

« Nous sommes encore en train de définir nos programmes et ça va influencer le type d’espace dont on aura besoin. On doit définir un espace d’apprentissage et il est encore trop tôt pour décider d’un espace permanent », souligne Dyane Adam qui souhaite trouver cet emplacement permanent d’ici 2023. 

Accueil chaleureux

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ont uni leurs voix souligner le travail accompli. Les trois organisations accueillent positivement cette « étape importante ».

« On entre véritablement dans le concret, souligne Carol Jolin, président de l’AFO. C’est un grand pas vers l’avant pour concrétiser un rêve qui a quelque 40 ans. »

À mesure que l’université de langue française grandira, M. Jolin souhaite qu’il y ait des installations satellites partout en province afin de rejoindre le plus de francophones possible.

•••

MEMBRES DU CONSEIL :

  • Dyane Adam : présidente du conseil de planification du projet de l’Université de l’Ontario français.
  • Fété Ngira-Batware Kimpiobi : directrice générale de Solidarité des femmes et familles immigrantes francophones du Niagara
  • Frédéric Dimanche : professeur à l’Université Ryerson
  • Glenn O’Farrell : président et chef de la direction du Groupe Média TFO
  • Koubra Haggar : étudiante de 12e année à École secondaire Georges-P.-Vanier
  • Marième Lo : professeur à l’Université de Toronto
  • Florence Ngenzebuhoro : directrice du Centre Francophone de Toronto
  • Marie-Andrée Vermette : avocate
  • Rodrigue Gilbert : spécialiste en Transport et logistique à la firme PricewaterhouseCoopers Canada
  • Jean Michel Beck : président du Groupe Aecon
  • Jacques Naud : vice-président de Knowledge First Financial
  • Normand Côté : vice-président à Optimum Talent