Le premier ministre Justin Trudeau

Trudeau présente ses excuses aux Franco-Ontariens

Le premier ministre Justin Trudeau a exprimé ses regrets à la communauté franco-ontarienne pour avoir répondu en anglais à une question qui lui avait été posée en français à Peterborough, en Ontario, lors de sa tournée pancanadienne du mois de janvier.
Dans une lettre à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), qui avait interpellé le premier ministre sur l'importance de répondre aux questions des citoyens dans la langue officielle de leur choix, M. Trudeau a concédé qu'il aurait dû répondre aux questions « dans la langue dans laquelle elles m'ont été posées ».
Le premier ministre a signalé dans sa lettre au président de l'AFO, Carol Jolin, que son engagement personnel à l'égard des droits des communautés de langues officielles en situation minoritaire « est incontestable », précisant qu'il a grandi dans une famille où le français et l'anglais étaient couramment employés et, qu'ainsi, les deux langues officielles du pays « font partie de mon bagage culturel ».
M. Trudeau s'était attiré les foudres de la communauté anglophone lorsqu'il avait répondu en français à une question qui lui avait été posée en anglais, à Sherbrooke, en janvier, toujours dans le cadre de sa tournée pancanadienne d'assemblées publiques.
La direction de l'AFO s'est dite heureuse de la réponse du premier ministre canadien.
« L'AFO est reconnaissante de l'engagement du premier ministre à l'égard des droits des communautés de langues officielles en situation minoritaire, a indiqué l'organisation sur son site web. Nous remercions tous les francophones de l'Ontario qui ont pris le temps de participer à notre campagne de lettres visant à sensibiliser le premier ministre sur cette importante valeur canadienne que sont les langues officielles. »
Le Commissariat aux langues officielles a ouvert une enquête sur les épisodes de Sherbrooke et Peterborough après avoir reçu une soixantaine de plaintes de citoyens, tant anglophones que francophones.