La direction de l’aéroport affirme que depuis la privatisation des lieux en 1997, elle travaille en collaboration avec le Commissariat des langues officielles afin de veiller à respecter la Loi et d’offrir un environnement bilingue à sa clientèle.

Services en français: un rappel à l’ordre s’impose, dit l’Aéroport d'Ottawa

L’Administration de l’aéroport international d’Ottawa se désole des résultats de l’enquête sur les services en français réalisée par Le Droit auprès de ses concessionnaires. Elle compte les rappeler à l’ordre au sujet de leurs « obligations contractuelles liées aux langues officielles » et même renforcer ses exigences.

« Offrir un service bilingue est requis dans tous les magasins et restaurants. Il doit y avoir un employé disponible ou accessible en tout temps afin de venir en aide au besoin. Nous allons rencontrer chacune des organisations afin d’assurer que les politiques et procédures mises en place soient respectées et que tous les clients puissent être servis dans la langue de leur choix », indique la vice-présidente des communications et des affaires publiques, Krista Kealey.

À LIRE AUSSI: Concessions à l'Aéroport d'Ottawa: «Parlez-vous français? No.»

> Services en français à l'Aéroport d'Ottawa: exiger «son droit le plus strict»

L’organisation affirme que des inspections sporadiques des magasins et restaurants, réalisées par ses employés, ont déjà lieu entre ses murs afin de vérifier le bilinguisme de l’affichage, de réviser les traductions et de tester l’offre active.

« Ceci étant dit, nous allons lancer un programme plus formel afin de s’assurer que les procédures mises en place sont respectées », précise l’organisation, qui ajoute que cette situation « servira de rappel ».

La direction de l’aéroport affirme que depuis la privatisation des lieux en 1997, elle travaille en collaboration avec le Commissariat des langues officielles afin de veiller à respecter la Loi et d’offrir un environnement bilingue à sa clientèle.

« Chaque plainte a été examinée en profondeur et des recommandations ont été faites et implantées. Ce cas n’est pas différent. Nous sommes confiants que ces organisations font de leur mieux quand vient le temps de l’embauche d’employés bilingues – ce qui peut souvent être un défi en tenant compte de l’environnement unique d’un aéroport », commente Mme Kealey.