Le premier ministre ontarien, Doug Ford
Le premier ministre ontarien, Doug Ford

Points de presse en Ontario: des députés libéraux réclament du français

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Trois députés libéraux provinciaux en Ontario pressent le premier ministre Doug Ford d’ajouter immédiatement une composante en français dans ses mises à jour quotidiennes sur l’évolution de la situation de la COVID-19.

Le gouvernement Ford a été la cible de critiques au cours des derniers jours concernant l’unilinguisme anglais de ses conférences de presse quotidiennes sur la pandémie. La Commissaire aux services en français de l’Ontario, Kelly Burke, a d’ailleurs reçu des plaintes à ce sujet.

«La communauté francophone de l’Ontario traverse la même crise que le reste de la province», ont fait valoir les députés Stephen Blais (Orléans), Lucille Collard (Ottawa-Vanier) et Amanda Simard (Glengarry-Prescott-Russell) dans une lettre envoyée au premier ministre Ford.

«Parmi les personnes à risque, il y a les plus vulnérables : les personnes âgées francophones qui ne reçoivent pas les informations détaillées en direct sur la COVID-19 en français. Bon nombre de nos aînés francophones ne comprennent pas l’information communiquée actuellement par notre gouvernement et se tournent vers les séances d’information du premier ministre Legault pour recevoir des communications en français qui sont cruciales pour leur santé et leur sécurité», ont continué les cosignataires de la lettre.

Les députés suggèrent de mettre «un représentant du ministère» pour résumer la conférence de presse quotidienne en français et pour répondre aux questions en français pendant la conférence de presse.

Dans une note récente, l’ombudsman de l’Ontario, Paul Dubé, de qui relève la commissaire aux services en français de l’Ontario, a rappelé que Mme Burke avait écrit au premier ministre Ford pour lui souligner l’importance accrue de communiquer les messages gouvernementaux en français ainsi qu’en anglais durant la crise de la COVID-19.

M. Dubé affirme que dans sa réponse, le premier ministre s’est engagé à veiller à ce que toutes les informations sur la COVID-19 soient communiquées dans les deux langues et à ce que les ministres s’expriment en français dans la mesure du possible lors des points de presse.

M. Ford a écrit que les francophones de l’Ontario avaient le droit de recevoir des services de communication en français équivalents à ceux offerts en anglais, et que c’était d’autant plus pertinent en cette période de crise.

Les communiqués de presse quotidiens de la province sur l’évolution de la situation sont publiés dans les deux langues officielles.

Avec La Presse canadienne