Andrew Leslie, député fédéral d’Orléans, la ministre Marie-France Lalonde, députée provinciale d’Ottawa-Orléans, Nicole Fortier, présidente de la SFOPHO ; Stephen Blais, conseiller de Cumberland, Louis V. Patry, vice-président de la SFOPHO, Guy Cloutier, conseiller d’Alta Vista, et Bob Monette, conseiller d’Orléans

Orléans veut promouvoir sa culture française

La Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) entend insuffler à sa communauté francophone un nouvel élan parce qu’elle se considère comme négligée, voire ignorée.

Pour ce faire, elle se dotera d’un plan de développement pour faire connaître auprès des touristes et des institutions son riche patrimoine français.

Déjà, près de 200 sites historiques ont été identifiés sur son territoire et 40 plaques d’identification sont apposées ici et là dans la communauté. 34 % de la population d’Orléans est francophone et 54 % de celle-ci est bilingue.

Orléans fait partie de trois grands réseaux culturels et touristiques : la Route touristique Champlain de l’Ontario (à laquelle la SFOPHO vient tout juste d’adhérer), le Corridor patrimonial, culturel et touristique francophone national et le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique. Ces partenariats devraient apporter à Orléans un rayonnement souhaité depuis longtemps, elle qui vit trop souvent à l’ombre de ses voisins ontariens et québécois.

Notons aussi que depuis octobre dernier, la SFOPHO a emménagé à la Maison du patrimoine d’Orléans, alors qu’elle ne possédait même pas de local pour ses activités, avant ce déménagement.

L’organisme regroupe tout de même 220 membres bien comptés et jeudi soir, on procédait au lancement officiel d’un nouveau projet en tourisme patrimonial culturel. Grâce à un partenariat avec le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, une nouvelle stagiaire de la Martinique sera appelée à participer à la promotion culturelle d’Orléans pour en faire autre chose qu’une simple banlieue d’Ottawa.

Marie-France Lalonde, députée d’Ottawa-Orléans et ministre de la Francophonie de l’Ontario, Andrew Leslie, député d’Orléans, Bob Monette, le conseiller municipal d’Orléans et le conseiller Jean Cloutier, qui représente la ville d’Ottawa au sein du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, étaient tous présents pour appuyer l’organisme francophone dans ses projets.

« Je vais vous dire franchement, on pense qu’Orléans a besoin d’une attention spéciale parce qu’on a l’impression qu’on est un peu oublié », rappelle la présidente de la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans, Nicole Fortier.