Soukaina Boutiyeb obtient un nouveau mandat à la présidence de l’ACFO. Une marque de confiance fort appréciée par la principale concernée.

Mandat renouvelé pour la présidente de l'ACFO

Soukaina Boutiyeb a été reconduit à la présidence de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO) mercredi soir lors de la 49e assemblée générale annuelle de l’organisme.

Mme Boutiyeb demeurera à la tête de l’ACFO pour les deux prochaines années. Elle venait tout juste de conclure un mandat d’un an à la présidence de l’organisation.

« L’ACFO d’Ottawa est quelque chose qui me tient à cœur, je suis fière d’être francophone et surtout d’être franco-ontarienne. »

Son objectif principal pour l’étendue du nouveau mandat est « d’assurer un bilinguisme bien ancré au sein de notre capitale nationale ».

« Je veux qu’on fasse des consultations concrètes dans notre communauté avec l’aide de différents acteurs économiques, artistiques et municipaux autour de notre table. »

Elle compte également veiller à la santé financière de l’organisme. « Oui, nous avons eu un surplus l’année dernière, mais on a connu plusieurs années difficiles avant ça. C’est important d’avoir une santé financière stable et concrète. »

« Il faut également s’assurer que nos députés, autant municipaux que provinciaux et fédéraux, connaissent les enjeux de la francophonie ottavienne », renchérit Mme Boutiyeb.

La députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, était présente pour l’occasion. Elle a d’ailleurs pris quelques minutes pour s’adresser à l’assemblée.

« L’ACFO d’Ottawa est un organisme très dynamique et je suis contente d’être là pour travailler avec vous pour le bien de la communauté. »

La députée ajoute que « dans le nouveau plan d’action sur les langues officielles, il y a un montant qui va être dédié à la ville d’Ottawa. Je pense que c’est excellent qu’on travaille tous ensemble pour s’assurer que ce soit la société civile qui en bénéficie. »

Mme Fortier, nouvelle membre du comité des langues officielles à la Chambre de communes, soutient que les enjeux francophones sont très importants pour elle, mais aussi pour l’ensemble de la communauté. Elle invite d’ailleurs les citoyens à se faire entendre sur les enjeux francophones qui les préoccupent.

« Je suis très contente, parce qu’on a un projet de modernisation de la loi sur les langues officielles et j’espère que les citoyens et citoyennes vont pouvoir y participer activement. »