Marie-France Lalonde, ministre des Affaires francophones, Bob Chiarelli, ministre de l’Infrastructure, et Linda Savard, présidente du CEPEO

Maison de la francophonie: 8,95 M$ pour compléter «le beau rêve»

Le « beau rêve » de la Maison de la francophonie dans l’ouest d’Ottawa pourra se réaliser avec la confirmation d’une contribution de 8,95 millions $ du gouvernement de l’Ontario.

Le ministre de l’Infrastructure Bob Chiarelli et la ministre des Affaires francophones Marie-France Lalonde en ont fait l’annonce lors de leur passage à l’École élémentaire Charlotte-Lemieux, située sur la promenade Bel-Air, à Ottawa.

Le nouveau carrefour multiservices de langue française, qui sera situé dans l’ancienne école alternative Grant, au 2720 rue Richmond, sera réalisé en coopération avec le Conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario et de nombreux partenaires.

Ce nouvel appui financier vient ainsi s’ajouter à la somme de 4 millions $ déjà investi dans ce projet de 13 millions $ sur lequel la communauté francophone travaille depuis déjà plusieurs années.

L’immeuble sera rénové et agrandi pour fournir sous un seul et même toit divers programmes d’emploi et de formation, des services sociaux, des services juridiques et d’immigration, des services de garde d’enfants, des programmes d’activités avant et après l’école, des services de santé et autres.

Une première tranche de 4 millions $ avait permis de nettoyer et de retirer l’amiante de l’immeuble. Cette somme de 8,95 millions $ va maintenant permettre de démolir la partie arrière qui n’est pas sécuritaire, construire un gymnase, une salle communautaire et une garderie, en plus de divers aménagements, a expliqué Linda Savard, présidente du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario.

Importance des luttes et des institutions

« Nous sommes très heureux de participer aujourd’hui à l’aboutissement de ce beau projet qui rassemblera plusieurs organismes francophones et facilitera l’accès aux services en français aux francophones de l’ouest de la ville en santé, éducation, immigration, loisirs, et ce, pour tous les âges », a souligné pour sa part Ronald Bisson, président du Centre multiservices francophone de l’Ouest d’Ottawa.

Devant les dignitaires, M. Bisson a insisté sur l’importance des luttes passées et sur le rôle des institutions francophones.

« Nous avons dépensé des énergies incalculables pour établir des institutions pour offrir des services à notre communauté. Il faut se rappeler des gens comme Jean-Robert Gauthier, lui-même un ancien conseiller scolaire, de Gisèle Lalonde, qui a lutté pour l’hôpital Montfort, et de la lutte des jeunes de 18 à 25 ans. Aujourd’hui, sans nos institutions, nous ne serions pas ici », a rappelé M. Bisson. 

« Il était important de soutenir ce projet pour lequel les gens du milieu se sont impliqués. Malgré les embûches, ils ont réussi. Ce sont de bonnes nouvelles pour les francophones de la région d’Ottawa et un autre exemple du dévouement dont fait preuve notre gouvernement envers les Franco-Ontariens d’un bout à l’autre de la province », a souligné la ministre Lalonde qui a salué le travail de son collègue Chiarelli pour faire avancer ce dossier au sein du gouvernement. 

Le ministre Chiarelli a d’ailleurs insisté sur les avantages de ces carrefours communautaires et il a reconnu les lacunes pour les services destinés aux francophones dans l’ouest d’Ottawa. 

« Je félicite la Coopérative multiservices francophone de l’Ouest d’Ottawa et le CEPEO pour leur leadership pour satisfaire à ce besoin », a souligné le ministre Chiarelli.