La capitale du Canada possède 21,1 % de livres et revues en français sur le total de sa collection.

Livres en français: les chiffres percutants à Ottawa, Sudbury et Montréal

La polémique n’avait duré que deux jours, mais assez pour enflammer les médias sociaux. Les révélations sur le retrait de livres en français des bibliothèques torontoises, suivies de la volte-face de la municipalité le lendemain, avaient mis en exergue la fragilité de la collection francophone. Une proportion de documents en français qui, à Toronto, dépasse à peine 2 % du total des exemplaires. ONFR+ a voulu savoir les chiffres pour Ottawa et Sudbury, mais aussi les données des documents en anglais à Montréal et Québec.

***

Bibliothèque publique d'Ottawa: 21,1% de livres et revues en français

La capitale du Canada possède 21,1 % de livres et revues en français sur le total de sa collection. D’après les chiffes obtenus par ONFR+, quelque 296 155 livres et revues en français sont disponibles sur les étagères, ce qui représente 21,1 % de la collection « d’articles imprimés » de la bibliothèque, nous fait-on savoir.

À titre de comparaison, cette proportion est sensiblement la même qu’à l’avant-dernière révision effectuée (21 %).

La bibliothèque de la Ville d’Ottawa laisse entendre qu’elle possède une collection en français dans l’ensemble de ses 33 succursales.

Informée de nos données, l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO Ottawa) se satisfait.

« La Bibliothèque publique d’Ottawa fait beaucoup pour les francophones. La Directrice de division, Programmes et services Bibliothèque publique d’Ottawa dépense annuellement 800 000 $ pour le matériel en français. De plus, les francophones bénéficient de la carte BiblioGéniale, laquelle permet entre autres d’emprunter des livres à Ottawa, Gatineau, et dans les institutions post-secondaires francophones », explique la directrice générale Ajà Besler.

Et de poursuivre : « Il n’y a pas de menaces pour les livres en français, et nous sommes choyés d’avoir deux librairies en français. Maintenant, est-ce que les personnes font l’effort pour aller lire des livres en français ? Sont-ils en train d’appuyer les livres en français ? »

D’après le dernier recensement en 2016, Ottawa compte environ 16 % de résidents francophones.

Pour lire l'article de Sébastien Pierroz dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr.