L'Université Saint-Paul, à Ottawa, accueille un peu plus de 1000 étudiants.

Les services en français partiellement désignés à l'Université Saint-Paul

Après plusieurs années de travail, l’Université Saint-Paul a obtenu une désignation partielle de certains programmes et de ses services en vertu de la Loi sur les services en français. Une façon de pérenniser l’offre de cours et la livraison de services en français au sein de l’institution ottavienne.

L’Université Saint-Paul rejoint ainsi l’Université d’Ottawa, à laquelle elle est fédérée depuis 1965, qui avait elle aussi obtenu une désignation partielle, en 2015, l’obligeant à offrir des services et des cours en français pour une grande partie de ses programmes de premier cycle.

Voilà plusieurs années que l’Université Saint-Paul visait une désignation. En janvier dernier, la rectrice Chantal Beauvais se montrait confiante, en entrevue avec ONFR+. Et finalement, la concrétisation du projet est intervenue deux mois plus tard, en mars.

« Ça a pris du temps, car il y avait des enjeux juridiques au départ, du fait qu’on soit fédéré à l’Université d’Ottawa. Il n’était pas clair qu’on pouvait faire cette demande », explique Mme Beauvais.

Mais après quatre ans de travail, le dossier a finalement été bouclé.

« On attendait pour l’officialiser une éventuelle visite de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités de l’époque Merrilee Fullerton [remplacée depuis par Ross Romano]. Finalement, ça ne s’est pas fait et le temps a passé », explique-t-elle lorsqu’interrogée sur la discrétion de cette désignation.

« Mais nous en sommes très fiers ! », ajoute Mme Beauvais. « Cela nous donne un outil de plus dans nos prises de décisions et nous permet d’être reconnus comme un joueur de la francophonie ontarienne. Beaucoup de gens ne connaissent pas encore Saint-Paul ! »

Consolider le fait français

Même si la rectrice indique avoir 98 % d’employés et un corps professoral très largement bilingue, cette désignation n’est que partielle du fait que certains programmes, comme le droit canonique, sont uniquement disponibles en anglais.

« On essaie toujours de lancer nos nouveaux programmes dans les deux langues officielles. Mais cette désignation partielle nous donne une certaine flexibilité, notamment si des programmes ne deviennent plus rentables ou n’ont plus d’inscriptions. »

Lire la suite sur le site de #ONFR.