Aluki Kotierk, présidente de Nunavut Tunngavik, a pu prendre la parole pendant trois minutes devant le Forum permanent des Nations Unies sur les questions autochtones le 16 avril dernier, à New York.

Le Nunavut veut sa loi 101

Si la loi 101 a contribué à faire du français la langue officielle et la langue de l’école et du travail au Québec, les Inuit du Nunavut souhaiteraient une réglementation semblable assortie de financement afin d’éviter le déclin rapide de l’inuktitut, qui est la langue maternelle de 70 % d’entre eux. La présidente de l’organisme Nunavut Tunngavik, qui s’assure du respect des accords ayant mené à la création du territoire en 1999, s’est même rendue devant les Nations Unies afin d’y plaider cette cause.

«Je ne m’attends pas à ce que l’inuktitut devienne une langue officielle du Canada comme l’anglais et le français, mais j’aimerais qu’il soit considéré comme une langue fondatrice du Nunavut, qu’il bénéficie de la même protection que les langues officielles minoritaires dans les différentes provinces», a expliqué en entrevue téléphonique avec Le Soleil Mme Aluki Kotierk, présidente de Nunavut Tunngavik, tout juste de retour de New York cette semaine.

Faisant un parallèle avec le Québec des années 50 et 60, Mme Kotierk déplore l’anglicisation galopante de son peuple. «Nous avons tellement à apprendre de l’expérience des francophones du Québec et d’ailleurs au Canada. Ici, au Nunavut, les deux langues officielles du Canada sont des langues minoritaires. Pourtant, au fil des années, les Inuit sont devenus de plus en plus anglicisés et l’anglais s’impose comme la langue du travail. Ce n’est pas une bonne chose. Les Inuit sont un peuple gentil et accueillant, mais malheureusement, en ce qui concerne la langue ça a été à notre propre détriment», explique-t-elle.

Au Nunavut, 85 % de la population est inuit et 70 % des Inuit ont l’inuktitut comme langue maternelle. Cependant, Mme Kotierk indique que des études démontrent que ce pourcentage diminuerait d’un peu plus de 1 % par année. «Et si ça continue à ce rythme, en 2051, il pourrait n’y avoir que 4 % des Inuit du Nunavut qui parlent inuktitut à la maison!», indique celle qui n’hésite pas à parler «d’état d’urgence» pour l’avenir de sa langue, rappelant le rôle du gouvernement canadien dans ce déclin.

Pensionnats autochtones

«Dans les années 40 et 50, le gouvernement a tenté de nous assimiler en envoyant nos enfants dans des pensionnats autochtones. Ainsi, le gouvernement fédéral a joué un rôle destructeur pour notre langue et doit maintenant jouer un rôle pour nous aider à la rebâtir», poursuit-elle.

«Nous n’avons plus de pensionnats autochtones, mais nous avons le même problème», reprend Mme Kotierk. Elle rappelle que des 43 écoles du Nunavut, 42 sont essentiellement anglophones et une essentiellement francophone. On compte aussi 452 professeurs anglophones au Nunavut, davantage que les 430 élèves anglophones qui s’ajoutent aux 80 élèves francophones et aux 9300 Inuit qui parlent inuktitut. «La plupart des professeurs viennent du «sud» du Canada. Ainsi, de la maternelle à la douzième année, nous n’avons pas d’éducation en inuktitut pour nos enfants. Nous voulons davantage de professeurs et d’aides qui parlent l’inuktitut. C’est essentiel pour la survie de notre langue.»

Mme Kotierk sait que la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a déclaré en mars qu’elle déléguerait davantage de ressources pour les langues officielles minoritaires. «Mais il faut plus que ça, il faut aussi de l’argent et des ressources pour l’inuktitut. Et il faut aussi incorporer à cela la façon de comprendre les choses des Inuit», précise-t-elle. Elle sait également que le gouvernement fédéral travaille sur une politique concernant les langues autochtones, mais craint que celle-ci ne soit que symbolique.

«Comparativement aux autres langues autochtones, l’inuktitut est plutôt fort et on craint que cette politique touche surtout les langues autochtones les plus menacées à court terme. Ce que nous souhaitons, c’est que l’inuktitut devienne la langue de l’école au Nunavut, la langue du travail et la langue du gouvernement du territoire», poursuit-elle.

Mal desservis

Les Inuit du Nunavut sont les seuls résidents d’une province ou d’un territoire canadien à ne presque pas pouvoir recevoir les services gouvernementaux dans la langue qui y est majoritaire. «Plusieurs Inuit qui ne parlent pas anglais se retrouvent parfois dans des situations de vie ou de mort quand ils reçoivent des services de santé, car ils sont incapables de communiquer avec le personnel», indique Mme Kotierk. «Les Inuit devraient être capables de vivre dans la dignité sur leur terre.»

Elle cite également le cas de sa tante, âgée de 80 ans et qui ne parle que l’inuktitut. «Lorsqu’elle va à Iqaluit pour se rendre à la banque, personne ne peut la servir dans sa langue, alors je dois l’accompagner pour traduire et je suis ainsi mise au courant de renseignements qui devraient demeurer confidentiels. La réalité, c’est que les Inuit du Nunavut n’ont pas droit aux mêmes services que le reste des Canadiens», plaide la présidente de Nunavut Tunngavik.

Elle estime que le gouvernement canadien aurait une belle occasion de reconnaître l’inuktitut comme langue fondatrice du Nunavut en 2018, alors qu’on célébrera le 9 juillet les 25 ans de la Loi sur le Nunavut, qui a pavé la voie à la création du territoire un peu moins de six ans plus tard, ou en 2019, proclamée année internationale des langues autochtones par l’UNESCO. «Et si nous obtenons ça au Nunavut, nous pourrons produire du matériel et des programmes qui pourront servir à tous les Inuit du Canada, que ce soit ceux du Nunavik, au Québec, du Nunatsiavut au Labrador et de l’Inuvialuit au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest», conclut-elle.

***

Une tribune inattendue

Aluki Kotierk et le peuple du Nunavut ont bénéficié d’une excellente tribune quand Mme Kotierk s’est exprimée pendant trois minutes devant le Forum permanent des Nations Unies sur les questions autochtones le 16 avril. L’allocution de la présidente de l’organisme Nunavut Tunngavik n’était cependant pas du tout prévue quand celle-ci a accepté de se rendre à New York avec la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett.

«J’avais été invitée par la ministre à participer à un panel concernant la cogestion dont le Canada était l’hôte en marge de la seconde rencontre plénière du Forum. Avant de partir, cependant, j’ai regardé l’agenda et j’ai vu qu’il était question du fait que 2019 serait l’année des langues autochtones et j’ai pensé au fait que nos enfants ne peuvent pas faire leur éducation en entier en inuktitut. J’ai donc demandé à mon assistante d’essayer de me trouver un endroit pour parler. Cependant, quand nous sommes arrivées à New York le lundi, rien n’avait encore été trouvé», raconte Mme Kotierk.

Ce n’est que le lundi après-midi qu’Aluki Kotierk a vu que son nom avait été inclus dans une liste de personnes qui s’exprimeraient devant le forum. «J’avais trois minutes... En une heure, j’avais composé toute mon allocution!», raconte celle qui occupe son poste chez Nunavut Tunngavik depuis un an.

Mme Kotierk a bien apprécié l’impact de sa présentation et prévoit se rendre de nouveau devant les Nations Unies l’an prochain à l’occasion de l’année internationale des langues autochtones. 

***

Le Nunavut en dates et en chiffres

1976: revendications territoriales des Inuidu Nunavut

1982: vote majoritaire en faveur de la séparation du Nunavut des Territoires

du Nord-Ouest

1992: accord sur les revendications territoriales conclu et approuvé par 85 % des électeurs

1993: loi sur le Nunavut et Loi concernant l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut

1er avril 1999: création du Nunavut 

Superficie: 2 038 722 km2

Population: 38 203 habitants 

*

Langue maternelle:

  • Inuktitut: 69,54 % 
  • Anglais: 26,75 %
  • Français: 1,27 %
  • Inuinaqtun: 1,02 %

Source: Statistique Canada