En rencontre éditoriale avec Le Droit, la ministre québécoise Sonia LeBel a indiqué que le gouvernement caquiste se prépare à faire ses demandes dans le cadre de la modernisation à venir de la Loi sur les langues officielles.

«Le français est la seule langue minoritaire officielle au Canada», selon Sonia LeBel

«Pour nous, c’est important de partir de la prémisse que le français est la seule langue minoritaire officielle au Canada», affirme la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, au sujet de la réforme de la Loi sur les langues officielles (LLO).

En entrevue avec Le Droit, Mme LeBel a indiqué que son gouvernement se prépare à faire ses demandes dans le cadre de la modernisation à venir de la LLO.

Elle confirme avoir échangé à plusieurs reprises avec ses homologues des autres provinces au cours des derniers mois et soutient que les provinces et territoires sont unanimes sur la nécessité d’avoir une application différenciée de la Loi en fonction de la réalité de chacun.

À LIRE AUSSI : L’électrochoc de la crise franco-ontarienne

Retour du Bureau du Québec à Ottawa avant l’été

«Le Québec a une réalité différente aussi avec sa minorité qui n’en est pas une au Canada, lance la ministre LeBel. Je pense aux Territoires du Nord-Ouest qui disaient, oui, le français est une langue minoritaire, mais moi j’ai 11 langues officielles avec les langues autochtones. Oui, le français est une langue officielle au Canada, mais les impacts de cette loi sur mon budget sont bien différents qu’ils le sont au Québec ou au Nouveau-Brunswick.»

«En termes d’organisation du système de santé, du système scolaire des anglophones québécois, il y a beaucoup de francophones qui n’ont même pas ces niveaux à l’extérieur du Québec. Je ne veux pas que ça soit perçu comme si je disais qu’ils se plaignent le ventre plein. Ce que je veux dire, c’est qu’on a un bel exemple qu’il y a des besoins et des effets différenciés partout sur le territoire», ajoute Mme LeBel.

Pas un affront

La modernisation de la LLO par le Québec pourrait permettre d’éviter des situations délicates pour des organismes de défense des droits des francophones à l’extérieur du Québec.

Un récent exemple est la décision de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) qui ont appuyé la contestation judiciaire de la Commission scolaire English-Montreal (CSEM) du transfert de deux écoles à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.

La ministre LeBel assure que cet appui n’a rien changé à ses relations avec des organismes de la francophonie en milieu minoritaire. Elle se trouvait justement à Moncton lorsque la SANB et l’AFO ont annoncé leur soutien à la CSEM. 

Le président de la SANB était alors venu la voir pour éviter que la situation s’envenime.

«Il a mis le sujet sur la table lui-même pour me rassurer et m’assurer que je ne le prenne pas comme un affront. Je l’ai assuré que, pas du tout, mais qu’on allait continuer de faire ce qu’on avait à faire», raconte Sonia LeBel.