Rémi Sabourin
Rémi Sabourin

Le CEPEO s’attend à une entente

C’est vendredi que seront dévoilés les résultats du vote sur un mandat de grève à l’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) face à l’impasse dans les négociations avec le gouvernement Ford et le Conseil des associations d’employeurs. Le président du syndicat, Rémi Sabourin, répète depuis plusieurs jours que dans les circonstances, il s’attend à un vote fort en faveur d’un débrayage.

Que les membres votent en faveur de la grève ou non, le président du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), Denis Chartrand, croit pour sa part que les parties en viendront à un accord.

«Les enseignants se servent de leurs droits démocratiques, que j’appuie. S’il y a un mandat de grève, on prendra les moyens nécessaires pour que tout fonctionne dans nos écoles. Et s’il y a un mouvement de grève généralisée, ce sera leur droit de le faire. Mais je suis optimiste qu’il y aura éventuellement une entente. Je ne peux pas parler de ce qui se dit en salle de négociations, oui les positions sont différentes, mais je pense que les parties vont finir par se rejoindre à un moment donné», dit-il.

Si une grève est déclenchée, ce ne sera que vers la fin janvier, un préavis de grève de plusieurs jours devant être accordé.

L’AEFO représente quelque 12 000 membres.

La convention collective est échue depuis le 31 août.