L’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF) a envoyé une lettre ouverte au premier ministre ontarien Doug Ford.

L’AAOF dénonce les coupes de Ford

L’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF) a envoyé une lettre ouverte au premier ministre ontarien Doug Ford afin de manifester son «désaccord» quant aux récentes «coupures sauvages » que son gouvernement entend imposer aux institutions francophones.

Ces coupes visent notamment l’abolition du Commissariat aux services en français et l’avortement du projet d’Université de l’Ontario français. 

«L’AAOF ne voit dans ces suppressions qu’une stratégie [...] pour saper l’essor d’une communauté de langue officielle comptant plus de 600 000 personnes», écrit le président de l’organisme,» Gabriel Osson.

S’adressant à un «gouvernement ignorant», il y retrace les «vicieuses attaques [historiques] maintes fois dictées par une perception mensongère, injuste, irresponsable et malveillante de la francophonie.

«Ne vous en déplaise, il se trouve en Ontario une communauté forte de ses luttes antérieures et de ses victoires, une communauté de gens instruits, [...] toute une population dont la fierté n’a d’égal que la culture qu’elle a toujours défendue et les acquis qu’elle a obtenus à force de combats, de résilience, de conviction et de détermination. Ne voyez-vous pas que cette francophonie est ontarienne ?» écrit-il.

Sa missive intitulée «Nous sommes, nous serons !» se retrouve sur la page d’accueil du site aaof.ca.