Le président de l'AFO, Carol Jolin

Jeunesse et expérience s’affrontent à la présidence de l'AFO

Deux personnalités impliquées au sein de la communauté franco-ontarienne lorgnent la présidence de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Carol Jolin est candidat à sa succession et Pablo Mhanna-Sandoval tentera de lui ravir le poste.

Les membres de l’AFO sont réunis à Toronto tout le week-end dans le cadre de leur congrès annuel. Le vote pour élire les membres du conseil d’administration aura lieu dimanche en marge de l’assemblée générale annuelle.

Carol Jolin, élu par acclamation en 2016, mise sur son expérience afin d’obtenir un second mandat de deux ans. 

« J’ai une bonne connaissance des dossiers et de bonnes relations avec les quatre partis politiques à Queen’s Park. Ce sont des éléments qui font en sorte que je suis en mesure de faire avancer les dossiers de la francophonie auprès des politiciens », souligne M. Jolin.

Il assure être à l’écoute des membres de l’AFO afin de défendre leurs priorités et leurs intérêts.

« Le prochain mandat c’est un mandat de continuité. On a beaucoup de balles dans les airs », illustre-t-il. 

M. Jolin se félicite du travail effectué depuis son entrée en poste en 2016. Il cite en exemple le dossier de l’Université de l’Ontario français, la hausse de financement reçu par les organismes et la hausse du niveau de concertation de l’Ontario français.

Pablo Mhanna-Sandoval

De son côté, Pablo Mhanna-Sandoval voulait assurer un choix aux électeurs puisqu’il n’y a pas eu d’élection pour le poste de président depuis 2010. Âgé de 18 ans, il a été président de la Fédération de la Jeunesse franco-ontarienne (FESFO) et a milité dans la campagne pour Ottawa Ville BIlingue en plus de s’engager dans le dossier de l’Université de l’Ontario français et dans le dossier de l’insécurité linguistique chez les jeunes Franco-Ontariens.

« J’ai eu le plaisir de travailler de près avec l’AFO sur plusieurs dossiers au cours de ma présidence à la FESFO. Je connais bien l’organisme et je crois que je peux apporter des compétences, une approche et l’attitude nécessaire qui pourrait bénéficier à l’Assemblée », confie-t-il.

S’il est élu, l’étudiant universitaire compte militer pour faire avancer le projet de l’Université de l’Ontario français. Il veut aussi se pencher sur la modernisation de la loi sur les services en français en plus de revoir les stratégies en matière d’immigration francophone afin que la province puisse atteindre la cible de 5 %.

« Les priorités du gouvernement provincial ont le potentiel d’être compatibles avec les demandes de la communauté franco-ontarienne. L’important c’est de ne pas être timide par rapport à nos demandes et nos priorités. Il ne faut pas diminuer nos aspirations au nom de la surprudence », avance M. Mhanna-Sandoval qui mise sur sa vision différente.

En plus de la présidence, trois postes du conseil d’administration de l’AFO sont en élection. Julien Geremie, Yves Lévesque et Faouzi Metouilli souhaitent représenter la région du centre. Najat Ghannou, Cameron Montgomery et Marie-France Paquette se présentent dans la région de l’est. Alexi Breton et Isabelle Charbonneau veulent se joindre au CA de l’Assemblée dans la région du nord-est. Éric Marcotte a été élu sans opposition dans le secteur jeunesse et Claudette Gleeson l’a emporté par acclamation dans la région du nord-ouest.

+

UN « GUIDE » POUR L'AFO

Dans le but de répondre à la demande et pour s’adapter à la diversité de ses membres, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a dévoilé son «Guide des meilleures pratiques pour la promotion de l’inclusivité» cette semaine. 

La demande pour rédiger un tel guide avait été formulée lors de l’assemblée générale annuelle de 2016. L’objectif est de fournir à la communauté des outils pour l’aider à devenir plus inclusive. 

«Ça répond à un besoin de nos organisations. Ce n’est pas une obligation, mais un outil. C’est quelque chose qui peut être utilisé partout pas spécifiquement dans la communauté franco-ontarienne», explique Carol Jolin, président de l’AFO. 

L’ouvrage traite, entre autres, du langage inclusif, de l’écoute et de l’offre active en plus de l’accessibilité.  

Le Guide est disponible sur le site web de l’organisme (monassemblee.ca).