Le chanteur du groupe Kaïn, Steve Veilleux, a reçu des fleurs de Jean-Paul Perreault. Les progressistes-conservateurs ont reçu le pot.

Impératif français « citronne » Doug Ford et Caroline Mulroney

Dans le cadre de la dernière journée de la Francofête 2019, Impératif français a honoré le chanteur du groupe Kaïn, Steve Veilleux, lors de la remise de ses Prix d’excellence et des prix Citron pour la dernière année.

Deux prix Prestige Impératif français ont été remis cette année. D’abord, l’auteur-compositeur et interprète Steve Veilleux a été récompensé au volet culturel pour sa créativité et son parcours qui a contribué à « enrichir le patrimoine musical du Québec ».

« Quand on regarde la carrière et le parcours de Steve Veilleux depuis son adolescence, on voit qu’il sert d’exemple à la jeunesse qui a le goût de faire différent, donc de ne pas seulement créer en style et en culture américaine, mais en culture québécoise et francophone, indique le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault. Pour nous c’est facile de lui donner ce prix, car on encourage les jeunes à créer, à chanter et à développer la culture en français pour que la culture du Québec s’affirme à l’échelle internationale. M. Veilleux le fait à sa façon et c’est important d’encourager ces talents-là. »

Au volet politique maintenant, le deuxième prix a été remis au chroniqueur québécois pour le Journal de Montréal, Mathieu Bock-Côté, qui s’est notamment démarqué par sa contribution au débat sur l’identité québécoise.

« Il est une énergie présente à l’échelle de la francophonie, mentionne M. Perreault. De lire et d’entendre les propos de M. Bock-Côté, c’est le signe qu’on veut développer la vision de démocratie culturelle, car l’humanité n’a rien à gagner d’avoir une seule vision et une seule langue. De le voir tenir un discours important dans un moment où tout se mondialise et qu’il le fasse en s’appuyant sur l’existence de la nation québécoise pour contrer l’uniformisation et le tout à l’anglais, c’est certain qu’Impératif français appuie cette mouvance. »

L’organisme a par ailleurs remis pas moins de 13 prix Citron pour l’année 2018-2019.

Sans surprise, les noms du premier ministre ontarien Doug Ford et de la ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney font partie du lot.

M. Ford a reçu un prix Citron pour avoir coupé le financement de la première université francophone de l’Ontario, avant même qu’elle accueille sa première cohorte étudiante, et pour avoir aboli le ministère aux Affaires francophones en juin 2018 avant de le remettre sur pied cinq mois plus tard. Quant à Mme Mulroney, elle s’est vu desservir ce « prix » pour sa « complicité » dans les dossiers de l’Université de l’Ontario français et du ministère aux Affaires francophones.

« On trouve qu’ils sont particulièrement étroits d’esprit, confie le président d’Impératif français. On voit bien que pour M. Ford, ce qui compte c’est le suprémacisme anglophone et que la francophonie n’existe pas. Donc dans ce sens-là, il mérite d’être citronné sur la place publique. [...] Mme Mulroney, elle, a été tellement absente parce qu’elle aurait pu s’exprimer, se lever et prendre la défense publiquement de la mission qui lui revient par ce qu’elle est. »

Par ailleurs, le Parti libéral du Québec et l’université McGill ont également reçu un prix Citron pour avoir « camouflé sous de fausses nouvelles » l’obligation de suivre une année préparatoire en anglais, à Montréal, pour pouvoir s’inscrire au nouveau programme de médecine en Outaouais.

Rappelons que l’Outaouais se veut une région à 90 % francophone.

Impératif français est un organisme qui met de l’avant la langue française, la culture d’expression française et la francophonie.