Doug Ford, premier ministre ontarien

Ford fustigé par la francophonie mondiale

TORONTO — D’une même voix, des représentants de dizaines de pays de la francophonie ont adopté une résolution dénonçant les coupes francophones du gouvernement Ford. Le président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en visite en Ontario, mène la charge : Doug Ford doit rapidement faire un 180 degrés sur le cas des francophones, dit-il.

« Les francophones sont un atout, pas une charge ou un inconvénient. Plutôt que d’essayer d’en diminuer le nombre, on devrait profiter de leur présence et aller plus loin vers le bilinguisme », lance Philippe Courard, président du parlement de la Communauté française de Belgique.

Il menait, cette semaine, une mission d’élus belges francophones en sol ontarien. « Les francophones et les anglophones doivent pouvoir vivre de manière équilibrée », ajoute M. Courard, sur le cas de l’Ontario. Un discours teinté par l’histoire politique belge marquée également par de nombreuses crises linguistiques entre Flamands (néerlandais) et Wallons (français).

Au cours des dernières semaines, il a accueilli à Bruxelles des dizaines d’élus de la planète à l’occasion d’une rencontre de l’Assemblée parlementaire de la francophonie.

Ces politiciens de partout sur la planète ont adopté une résolution dénonçant avec vigueur des coupes francophones de Doug Ford et ont donné leur appui à la lutte des francophones. Les yeux du monde francophone sont tournés vers l’Ontario, affirme Philippe Courard.