Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a réitéré son engagement d’apprendre le français.

Doug Ford croit que ce sera «assez facile» d’apprendre le français

TORONTO — Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, affirme qu’il apprend le français et croit même que ce sera « assez facile ».

Lorsqu’on lui a demandé jeudi s’il était toujours déterminé à apprendre le français, M. Ford a simplement répondu : « Bonjour. Comment ça va ? »

Pendant la course à la direction du Parti progressiste-conservateur ontarien, en 2018, M. Ford avait déclaré à Radio-Canada qu’il serait disposé à apprendre le français. Il expliquait à l’époque qu’il souhaitait pouvoir communiquer avec les Québécois.

On compte plus de 600 000 francophones en Ontario.

Le premier ministre ontarien croit que tous les élus devraient apprendre le français et qu’il serait assez facile pour lui de le faire, puisqu’il a étudié cette langue de la 3e à la 9e année à l’école.

Pendant la campagne à la direction des conservateurs, au début de 2018, Radio-Canada lui avait demandé quelle était l’importance pour un chef de parti ontarien de parler français. M. Ford avait répondu qu’il était nécessaire de pouvoir communiquer avec les Québécois.

« C’est important de communiquer avec une autre partie du pays qui parle le français, disait-il. J’aime le Québec. J’aime les Québécois ; ils sont passionnés. Je les aime à cause de leur passion. »

Lorsqu’on lui a rappelé que l’Ontario comptait environ 600 000 francophones, M. Ford a indiqué qu’il voulait aussi être capable de communiquer avec les Franco-Ontariens.

+

Trudeau et Ford se rencontreront vendredi

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, rencontrera vendredi à Ottawa le premier ministre Justin Trudeau.

M. Ford a également annoncé jeudi la création au sein de son cabinet d’un Conseil des relations fédérales-provinciales, qu’il présidera.

Le premier ministre a indiqué que plusieurs ministres clés feront partie de ce conseil et travailleront avec leurs homologues fédéraux sur des priorités telles que l’infrastructure, les soins de santé et la croissance économique.

M. Trudeau a nommé mercredi 17 élus de l’Ontario à son conseil des ministres, soit près de la moitié du nouveau cabinet de 36 ministres.

Le gouvernement Ford a déjà indiqué que ses priorités consisteraient notamment à demander une hausse des paiements du Transfert canadien en matière de santé, à éliminer les formalités administratives et les obstacles au commerce interprovincial, et à attirer les investissements internationaux dans toutes les régions de l’Ontario.