Carol Jolin lors de l’AGA de l’AFO, dimanche matin

Congrès de l'AFO: comment réformer la Loi sur les services en français ?

La réforme de la Loi sur les services en français a été au cœur des discussions lors du Congrès annuel de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) en fin de semaine.

Cette année, l’événement se tenait au collège Boréal, à Sudbury, de vendredi à dimanche.

Dès la première journée de congrès, l’AFO a consulté les participants autour d’une proposition de libellé visant à moderniser la Loi sur les services en français. La proposition en question est le fruit du travail conjoint de l’AFO, de l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario, en partenariat avec la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en droits et enjeux linguistiques de l’Université d’Ottawa.

« On a eu un atelier pour parler des modifications à la Loi et plusieurs recommandations sont sorties de ça, indique le président de l’AFO, Carol Jolin. On veut notamment avoir une loi qui a une imputabilité, que l’offre active soit intégrée et que le commissariat aux services en français redevienne totalement indépendant. Ce sont-là quelques exemples de changements qu’on veut voir dans la Loi sur les services en français. »

À LIRE AUSSI: Congrès de l'AFO: Mulroney absente, Kusendova prend le relais

«Un congrès de l’AFO pour sortir du tunnel», la chronique de Sébastien Pierroz

Le congrès se déroulait cette année sous le thème « Génie communautaire ».

« On parle beaucoup d’innovation, explique M. Jolin, et si on considère les ressources que nos organisations communautaires ont, on a des gens géniaux sur place qui sont capables de faire des miracles avec les moyens de basse qu’ils ont. Dans ce sens-là, c’était une occasion de continuer de développer ce génie-là tant au niveau de l’innovation que de voir ce qui peut être fait pour améliorer le travail fait dans chacune des organisations. »

Les participants ont également eu l’occasion d’échanger sur le dossier de l’Université de l’Ontario français. Selon M. Jolin, il y a « beaucoup d’excitation dans l’air vis-à-vis ce projet-là ».

Autre résolution approuvée : l’idée que l’AFO « prenne tous les moyens nécessaires » pour garder le journal Le Droit à Ottawa. Depuis août dernier, la survie du quotidien centenaire est menacée après que le Groupe Capitales Médias (GCM) se soit placé sous la protection de la Loi sur l'insolvabilité et la faillite. Un possible déménagement du journal à Gatineau a été évoqué.

Un nouveau conseil d’administration

Par ailleurs, quatre nouveaux membres ont été élus au sein du conseil d’administration de l’AFO, dimanche, lors de la dernière journée de congrès.

D’abord, Dominique Janssens a été élue pour un mandat d’un an dans la région du Centre. Elle remplace ainsi Julien Gérémie.

Blandine Lesage a pour sa part été élue pour un mandat de deux ans dans la région Sud-Ouest et succède à Gérard Malo.

Les secteurs « Femmes » et « Ainés(es) et retraités(es) » changent aussi de représentants. Nicole Lévesque et Jacques Héroux ont respectivement été élus pour des mandats de deux ans. Ils succèdent donc à Nathalie Vilgrain (Femmes) et à Nicole Sauvée (Ainés(es) et retraités(es)).

« Je les félicite pour leur nomination, déclare Carol Jolin. Je sens que l’équipe est forte et ensemble, nous pourrons faire progresser les dossiers au cours des prochaines années. »

Le Congrès de l’AFO de 2020 se tiendra les 23, 24 et 25 octobre prochains à Ottawa et aura pour thème « Agir pour l’avenir ».

Avec Sébastien Pierroz, collaboration spéciale/ONFR+

+

L'ancien commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau

FRANÇOIS BOILEAU HONORÉ

L’ex-commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, a reçu le prix Paulette-Gagnon, samedi soir, lors de la remise des Prix de reconnaissance de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Le prix Paulette-Gagnon reconnait « l’engagement incontestable » de M. Boileau envers la communauté franco-ontarienne de 2007 à 2019 alors qu’il occupait le poste de commissaire aux services en français de l’Ontario.

« D’être le tout premier récipiendaire du prix Paulette Gagnon, à Sudbury en plus, wow », a-t-il déclaré dimanche matin. Paulette était une femme d’un engagement hors du commun, d’une affabilité exceptionnelle et douée d’une belle force de détermination et de persévérance douce, mais ferme et surtout efficace ! »

« Merci, merci et merci de m’avoir accueilli si chaleureusement dans vos communautés de partout en province », a-t-il poursuivi.

Rappelons que M. Boileau avait quitté ses fonctions à la suite de l’intégration du Commissariat aux services en français au sein même du Bureau de l’Ombudsman de l’Ontario au printemps dernier.

Deux autres acteurs de la francophonie ontarienne ont également été honorés par l’AFO samedi soir.

D’abord, le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) s’est vu décerner le Prix de l’horizon franco-ontarien pour son initiative « Les petits entrepreneurs du CSDCEO ». Au cours de l’année scolaire, des élèves âgés de 4 à 12 ans ont eu accès à des mentors du domaine entrepreneurial qui les ont guidés pour la mise sur pied de leur entreprise.

Puis, le président du CSDCEO, François Bazinet, a reçu le prix Florent-Lalonde pour son « dévouement indéniable à la francophonie ».

« Au cours de la dernière décennie, François Bazinet est surtout devenu le spécialiste des projets de Monuments de la francophonie dans l’Est ontarien », souligne l’AFO.

Les noms des gagnants des Prix de reconnaissance de l’AFO ont été dévoilés lors du Grand gala de l’AFO dans le cadre du Congrès annuel de l’AFO à Sudbury.