Contenu commandité
Francophonie
Boileau veut «un plan Mulroney»
Partager

Francophonie

Boileau veut «un plan Mulroney»

L’immigration et le poids démographique francophone occupent une place prépondérante dans le rapport annuel 2017-2018 du commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, qui a souligné mercredi à Queen’s Park que les projections d’avenir sont alarmantes.

Il a dévoilé les grandes lignes de son volumineux document de 113 pages en pressant le gouvernement Ford, en poste depuis trois semaines, de réfléchir à des stratégies concrètes pour freiner la chute de la proportion des francophones envisagée au cours de la prochaine décennie. La moitié des 14 recommandations concernent d’ailleurs l’immigration francophone, son taux (2,4 % en 2016) étant deux fois moins élevé que la cible fixée par la province en 2012.

Francophonie

Un pas vers l’arrière

La disparition du ministère à part entière des Affaires francophones en Ontario est considérée comme un « recul » par le commissaire François Boileau, qui ne s’était jusqu’ici pas prononcé publiquement sur cette décision du nouveau gouvernement Ford.

« Il n’y a pas de doute là-dessus. Je l’ai fait savoir à la ministre (Caroline Mulroney) lors de notre rencontre la semaine dernière. [...Par contre, même si j’en parlais pendant trois ans, ça ne changera pas. Ce dont on a besoin, c’est que des ressources additionnelles soient octroyées. Dans le dernier budget, on parlait de l’ajout de neuf employés. La ministre n’est pas fermée à l’idée, aucune décision n’a encore été prise. Je vais maintenir la pression pour que ça se concrétise. Sincèrement, ce n’est pas de la frime, c’est assez édifiant de voir à quel point l’équipe n’a pas les ressources pour faire le travail qu’ils doivent faire », affirme-t-il.

Francophonie

L’AFO satisfaite

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) accueille positivement les recommandations du rapport annuel du commissaire aux services en français.

L’organisme abonde dans le même sens que François Boileau et affirme que la situation est alarmante au chapitre du poids démographique des francophones.