Le quartier Côte-de-Sable dans le district du conseiller Mathieu Fleury est particulièrement touché par l'épidémie de nouvelles résidences-dortoirs à Ottawa.

Bilinguisme officiel: Ottawa a commandé un avis juridique

Les travaux du Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue ne sont visiblement pas passés inaperçus au conseil municipal d'Ottawa. Un avis juridique a été commandé au cabinet CazaSaikaley pour évaluer le scénario proposé par le regroupement.
Selon le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, le mandat donné au cabinet CazaSaikaley est d'évaluer l'impact sur les services actuels de la reconnaissance officielle du bilinguisme de la Ville d'Ottawa.
Une première version du rapport a été acheminée à la Ville d'Ottawa. M. Fleury dit avoir consulté le document, mais refuse d'en dévoiler le contenu tout de suite, puisqu'une version finale doit être livrée prochainement et que le rapport préliminaire n'a pas été mis sur le bureau de tous les élus.
Si le rapport est favorable, Mathieu Fleury ne cache pas qu'il deviendra un argument important pour faire progresser l'idée auprès de ses collègues du conseil, notamment ceux qui sont moins familiers avec les enjeux de la communauté francophone. 
D'ailleurs, le conseiller de Rideau-Vanier plaide en entrevue avec Le Droit pour que les francophones tentent de convaincre leurs concitoyens anglophones et allophones.
« Je pense qu'il y a une reconnaissance qu'on est rendu à une étape où tous les francophones sont unis, main dans la main. On n'a pas à vendre l'idée dans la communauté francophone. »
M. Fleury estime qu'un appui d'institutions anglophones serait majeur dans la route vers l'atteinte du bilinguisme officiel. Il aimerait voir des organisations comme l'Université Carleton, le collège Algonquin, les conseils scolaires anglophones ou encore l'hôpital d'Ottawa, prendre position publiquement dans le dossier.