Koubra Haggar, d'Hamilton, a remporté la première place en art oratoire.

Adieu Moncton-Dieppe!

Les Jeux de la francophonie canadienne ont pris fin samedi au Nouveau-Brunswick avec la victoire du Québec au classement général.
La Belle Province a finalement empoché 33 médailles d'or, contre dix pour le Nouveau-Brunswick et sept pour l'Ontario.
Pas moins de 1 200 jeunes se disputaient durant cinq jours les différentes médailles dans six compétitions sportives, quatre artistiques et trois autres en journalisme, leadership et art oratoire. 
Du côté du Québec, le Gatinois  Gabriel Le Marquand Perreault et ses deux collègues ont empoché l'or en leadership média. C'est la première fois des jeux que le journalisme figurait comme discipline. Onze équipes s'y affrontaient.
Du côté de l'Ontario
L'équipe ontarienne d'athlétisme a empoché au total dix médailles. 
En art oratoire, la jeune Koubra Haggar y a présenté un discours sur le statut bilingue de la Ville d'Ottawa. Avec un exposé empreint d'émotions et particulièrement inspirant, l'adolescente d'Hamilton s'est finalement mérité la première place.
Au basketball, l'équipe masculine ontarienne a beaucoup dominé pendant le tournoi et les garçons ont terminé avec l'argent.
Pour la première fois dans l'histoire des Jeux de la francophonie canadienne, l'Ontario remporte également la médaille d'or dans le volet musique. Le récipiendaire, le groupe Horizon, n'a pourtant été formé qu'en février dernier au festival Quand ça nous chante, organisé par l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM). 
Cette année, l'équipe ontarienne d'improvisation a été exceptionnelle et n'a pas perdu un seul match de la semaine. L'équipe repart donc de Moncton-Dieppe avec une médaille d'or.
Et malgré le règlement, les Ontariennes en arts visuels ont décidé de travailler ensemble pour créer une oeuvre commune. Elles voulaient ainsi sensibiliser les jeunes des autres provinces à l'art et au travail collectifs.
Il s'agissait de la cinquième édition de ces jeux qui reviennent tous les trois ans dans une ville différente.
Quelque 750 bénévoles s'activaient au bon déroulement de l'événement qui se déroulait en partie à l'Université de Moncton.