Le ministre des Transports québécois, André Fortin (au centre), veut simplifier les processus reliés aux programmes d’infrastructures fédéral-provincial.

Fortin veut simplifier l’aide à la voirie locale

Le ministre des Transports, André Fortin, souhaite que les petites municipalités aient moins d’«acrobaties» à faire pour présenter des projets de voirie locale dans le but d’obtenir de l’aide financière de Québec.

M. Fortin a annoncé, lundi après-midi à Campbell’s Bay, le lancement d’une tournée de consultation dans les municipalités régionales de comté (MRC) afin que les intervenants locaux puissent faire valoir leur vision et qu’ils proposent «des simplifications» et «des améliorations aux différents programmes» du ministère des Transports en matière de voirie locale.

«Il y a sept programmes à la voirie locale et chacun a sa mécanique qui, je vous l’avoue, rend un peu difficile leur compréhension par les municipalités, a mentionné M. Fortin. [...] Bien honnêtement, si la compréhension de nos programmes est difficile, on peut se demander comment les municipalités peuvent s’assurer d’aller chercher le maximum de l’aide financière disponible.»

Le député de Chapleau, Marc Carrière, et son homologue de Côte-du-Sud, Norbert Morin, ont été mandatés par le ministre des Transports pour réaliser la tournée de consultation.

«On ne connaît certainement pas les conclusions de la tournée, mais ce qu’on sait et ce qu’on peut vous dire d’avance, c’est qu’on va améliorer notre approche, a assuré M. Fortin. Fini le temps où les municipalités devaient faire des acrobaties pour être admissibles aux différents programmes. Ce qu’on veut dorénavant, ce sont des programmes plus souples, plus efficaces, qui tiennent compte de la réalité des municipalités.»

Bien que les procédures actuelles soient complexes, André Fortin affirme qu’il n’y a pas d’argent qui reste «sur la table à cause de ça». «Ça peut créer des frustrations, dit-il toutefois. Quand on a une route qu’on veut réparer tout de suite ou qu’on a un projet qu’on veut faire cette année ou un ponceau qui s’effondre, on a des besoins à remplir tout de suite et on veut s’assurer que les municipalités savent vers quel programme se tourner le plus rapidement possible pour avoir le maximum d’aide.»

Le maire de L’Isle-aux-Allumettes, Winston Sunstrum, a déjà hâte. «On a beaucoup de frustration comme municipalité rurale, puisque nous n’avons pas beaucoup de personnel, donc c’est difficile de soumettre un projet qui répond à tous les critères», a-t-il expliqué. [...] On perd des opportunités.»

La préfète de la MRC de Pontiac, Jane Toller, s’est pour sa part dite «heureuse» de la consultation annoncée par M. Fortin, puisque «la voirie est une préoccupation quotidienne des municipalités».

Le président de l’Union des municipalités du Québec et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a de son côté réagi par voie de communiqué en indiquant que «cette démarche tombe à point nommé et s’inscrit tout à fait dans les orientations de la politique gouvernementale visant à alléger le fardeau administratif des gouvernements de proximité».