Depuis 32 ans, le Fonds Habineige offre à petit prix un ensemble de vêtements d'hiver aux enfants de 15 ans et moins de familles défavorisées de la région. Sur la photo: Elizabeth Garzon et sa fille Alexandra.
Depuis 32 ans, le Fonds Habineige offre à petit prix un ensemble de vêtements d'hiver aux enfants de 15 ans et moins de familles défavorisées de la région. Sur la photo: Elizabeth Garzon et sa fille Alexandra.

Fonds Habineige: pour que tous puissent affronter l'hiver

Guillaume St-Pierre
Guillaume St-Pierre
Le Droit
François Bizibu attend patiemment son tour, ticket à la main. Ses sept enfants, plus loin, se trémoussent et discutent ensemble à voix basse sous la supervision de leur mère.
La famille, partie du Congo, a atterri à Sherbrooke, en Estrie, en 2008. Voilà près de trois ans qu'ils ont choisi de vivre à Ottawa.
Pour une deuxième année, c'est grâce au Fonds Habineige que M. Bizibu pourra fournir à ses enfants un manteau d'hiver sans se ruiner.
«On doit absolument les habiller pour l'hiver, confie le père de famille. La vie coûte cher. Surtout pour ceux qui n'ont pas de travail. Nous sommes encore sur l'aide sociale pour l'instant. C'est un peu difficile.»
«Avec le montant qu'on reçoit, il suffit de payer le loyer, les dépenses de la maison, et il ne reste plus rien. Mais il faut répondre aux besoins de nos enfants», dit-il sans perdre son sourire.
Depuis 32 ans, le Fonds Habineige, aujourd'hui situé au 225, rue Donald, dans le secteur Vanier, offre à petit prix un ensemble de vêtements d'hiver aux enfants de 15 ans et moins de familles défavorisées de la région.
Année après année, le fonds distribue plus de 15000 habits de neige au coût de 10$, de septembre à février.
Lors du passage du Droit, un flot continu de familles passait au comptoir, dont plusieurs nouveaux arrivants.
Le service bilingue - voire trilingue et même quadrilingue - attire les familles dans le besoin d'Ottawa, mais aussi de Gatineau.
Aucun appui financier
Comme bien des organismes communautaires, le fonds ne compte sur aucun appui financier des différents gouvernements.
La directrice générale, Joanne Andrews, est la seule employée à temps plein.
Dans ses locaux, des centaines, sinon des milliers de petits coeurs rouges portant le nom de chaque bénévole qui a donné de son temps décorent les murs.
«Leur travail est très important pour nous», affirme Mme Andrews, qui estime à près de 600 le nombre de gens qui donnent de leur temps à chaque saison froide.
Les dons de la communauté sont aussi essentiels. Le fonds tiendra d'ailleurs son gala annuel le 16 novembre prochain dans la salle de bal du Château Laurier, à Ottawa.
Ceux qui souhaitent obtenir plus de renseignements sur l'organisme peuvent visiter le www.snowsuitfund.com/fr/.