Le visage du complexe Portage III a déjà commencé à changer.

Portage III transformé d’ici 2025

C’est une véritable cure de jouvence que s’apprête à subir le complexe Portage III, dans le centre-ville de Gatineau. Des travaux de rénovation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur qui s’étaleront jusqu’en 2025 et dont la facture est évaluée à « plusieurs centaines de millions de dollars ».

Le gouvernement fédéral en a fait l’annonce lundi en marge d’une visite guidée pour les médias du neuvième étage de la tour A, qui a été complètement rénové et où les espaces de travail ont été repensés de A à Z.

Le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité du Canada, Steven MacKinnon, en a profité pour rappeler que le complexe des Terrasses de la Chaudière, situé quelques centaines de mètres plus à l’ouest, subira lui aussi le même sort au fil des prochaines années.

« C’est une initiative qui, ensemble, représente le plus important investissement dans le centre-ville de Gatineau depuis la construction dans les années 70 des immeubles en question [Portage III]. On parle aussi du fruit d’un long travail avec nos partenaires comme les syndicats. C’est aussi un souci de vouloir mettre à nouveau les infrastructures, qui, au fil des ans, même des décennies, ont été ignorées. Elles ont besoin d’une grande cure de jouvence » s’est exclamé l’élu, ajoutant que le gouvernement était déterminé à soutenir une fonction publique « de calibre mondial ».

M. MacKinnon a indiqué que la modernisation des immeubles de Portage III, qui forcera le déménagement de plusieurs centaines d’employés, était devenue plus que nécessaire.

« Cette phase doit être rénovée au complet, plus particulièrement certaines composantes de son immeuble de base, comme la plomberie, les installations électriques et les systèmes de chauffage et de refroidissement, qui ont atteint la fin de leur vie utile », a-t-il dit.

Ottawa dit ne pas être en mesure à l’heure actuelle « d’être spécifique quant aux sommes totales » que représentent cet important investissement puisque les appels d’offres ne sont pas tous complétés.

À terme, le projet de métamorphose de Portage III permettra de mieux utiliser l’espace disponible, ajoute-t-on, et même d’accroître la capacité d’accueil du complexe. Celle-ci passera de 4800 à 6800 fonctionnaires.

Tout juste avant de jeter un œil sur l’étage réhabilité, le député fédéral a soutenu qu’il faut « repenser les façons de faire les milieux de travail des employés ». En fin de compte, à son avis, la motivation sera en hausse et le taux d’absentéisme baissera.

« C’est notre bureau modèle, celui qui nous permet de montrer à quoi ressemble notre vision. Dans cette vision, les employés peuvent choisir leur lieu, leur mode de travail. Le design n’est pas fait dans un moule. On le fait sur mesure, basé sur les activités et les habitudes de nos employés. Notre intention est que tous les bureaux du gouvernement ressemblent à celui-ci un jour », a-t-il lancé.

Fini les cubicules, place aux fauteuils 

L’initiative Milieux de travail 2.0, annoncée par le précédent gouvernement en 2013, a beaucoup évolué dans sa philosophie, a indiqué le député libéral, confiant que le projet pourra se concrétiser dans les délais anticipés même s’il n’est pas à un stade avancé pour l’instant.

Au neuvième étage de la tour A, adieu les traditionnels cubicules fermés. À l’entrée, on y retrouve de petits casiers où les employés peuvent déposer leurs effets personnels à leur arrivée au boulot. Il n’y a également pas de place assignée pour les employés. Grands espaces partagés, salles de réunion avec murs amovibles et tableaux blancs, divans, tapis roulant avec espace de travail et petites cabines pour effectuer des appels téléphoniques sont au nombre des éléments en place dans cet environnement nouveau genre. Le télétravail est également de plus en plus encouragé, ajoute-t-on.

Selon cette nouvelle philosophie, fini aussi l’époque où seuls les cadres avaient droit au plus grand bureau avec une vue imprenable sur la région. Dans ce cas-ci, d’ailleurs, ce qui était auparavant un espace de travail pour un patron s’est transformé en cuisine et en espaces de travail avec comme décor la rivière des Outaouais et la colline parlementaire.

+
PEDNEAUD-JOBIN ET TESSIER PAS INQUIETS

Au terme d’une rencontre lundi avec la Table de concertation sur le centre-ville et le député fédéral Steven MacKinnon, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ne se montre pas inquiet par rapport aux impacts que pourraient occasionner les travaux majeurs prévus à aux édifices Portage III et Terrasses de la Chaudière. À son avis, les commerçants du centre-ville ne subiront pas une baisse importante de l’affluence liée au déménagement temporaire de milliers de fonctionnaires.

« Il y aura des milliers d’employés de la construction qui vont compenser pour les fonctionnaires. Le nombre de personnes qui vont travailler sur ces chantiers va compenser en partie le nombre de fonctionnaires qui doivent déménager. À la fin, l’impact concret sur le centre-ville, sur le nombre de personnes qui consomment, n’est pas si important », a-t-il indiqué. Au total, le fédéral anticipe que le projet permettra de créer 7400 emplois dans le secteur de la construction.

Même son de cloche pour le conseiller du quartier Hull-Wright, Cédric Tessier, qui croit que l’impact sera « assez minime » considérant le nombre total de fonctionnaires qui œuvrent quotidiennement dans le secteur. « L’objectif du fédéral est de rénover les locaux et de les aménager pour pouvoir amener encore plus de fonctionnaires. À terme, c’est une bonne nouvelle pour le centre-ville et les acteurs ont été rassurés ce matin », a-t-il lancé. Avec Mathieu Bélanger