Ministres et fonctionnaires doivent mieux s'entendre, dit l'APEX

Les relations entre les fonctionnaires et les ministres et leur personnel politique ne sont pas toujours marquées par le respect. Et la fonction publique y gagnerait beaucoup si les deux groupes connaissaient davantage les rôles et responsabilités de chacun.
«Nous sommes préoccupés du fait que certains fonctionnaires, employés ministériels et ministres agissent de façons qui sont parfois incompatibles avec le code des valeurs, l'éthique du secteur public et le guide Un gouvernement responsable: Guide du ministre et du ministre d'État», nous apprend un récent rapport publié par l'Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada (APEX).
Ce rapport a été préparé dans le cadre d'une consultation pour l'initiative Objectif 2020, un plan d'action de réforme de la fonction publique qui doit être déposé ce printemps.
Ainsi, le rapport constate que «certains fonctionnaires n'apprécient pas de façon adéquate les rôles et les responsabilités des ministres, et agissent comme s'ils ne reconnaissent pas que la façon de respecter leur engagement incontestable à l'égard du Canada et des Canadiens est de faire de leur mieux pour aider le gouvernement de l'heure à faire son travail».
En même temps, il reconnaît que «certains membres du personnel ministériel n'ont pas une appréciation adéquate des rôles, des responsabilités et des fondements constitutionnels de la fonction publique, ni comment les fonctionnaires peuvent aider les ministres à s'acquitter de leurs responsabilités».
Le document est le fruit d'une longue réflexion au sein de la communauté des cadres supérieurs sur les améliorations à apporter pour réaliser la vision d'une fonction publique de calibre mondial d'ici 2020 et au-delà. La réflexion a permis d'examiner les récentes initiatives de réforme de la fonction publique dans d'autres pays, notamment le Royaume-Uni et l'Australie, explique la chef de la direction de l'APEX, Lisanne Lacroix.
Une méconnaissance des rôles et des responsabilités nuit aux bonnes relations entre les ministres et leur personnel ministériel et les cadres de la fonction publique fédérale.
«L'efficacité réelle de la réforme de la fonction publique est fonction d'une réelle collaboration entre les ministres et les fonctionnaires, et une réelle collaboration, comme la confiance, repose sur le respect et la confiance mutuelle. Plus le niveau de respect et de confiance mutuelle entre les ministres et les fonctionnaires est élevé, plus on accroît la probabilité d'atteindre les objectifs du gouvernement de l'heure, de répondre aux besoins des Canadiens, et d'atteindre les objectifs de la réforme de la fonction publique», souligne le rapport de l'APEX.