La présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Debi Daviau

Message du Nouvel An de la présidente de l'IPFPC

Depuis l'élection du 19 octobre dernier, le nouveau gouvernement libéral a déjà annoncé plusieurs changements défendus par les syndicats, «dont certains à une vitesse étonnante», constate Debi Daviau, présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), dans son message du Nouvel An 2016.
Le rétablissement du questionnaire détaillé de recensement, la fin du musellement des scientifiques fédéraux, la nomination de deux ministres de la science, l'abrogation du projet de loi C-377 obligeant les syndicats à dévoiler toute dépense de plus de 5 000 $ ainsi que tout salaire de plus de 100 000 $, voilà autant de mesures déjà annoncées qui traduisent le véritable changement promis par le nouveau gouvernement, souligne la dirigeante syndicale. «Il vaut la peine de célébrer tout cela, ainsi que d'autres annonces récentes de ce nouveau gouvernement, souligne Mme Daviau. Ces décisions traduisent non seulement le véritable changement promis par le nouveau gouvernement, mais aussi la valeur réelle des syndiqués actifs.»
Malgré les progrès, l'Institut professionnel continuera à demander en 2016 l'ajout de dispositions sur l'intégrité scientifique dans les conventions collectives et un réinvestissement dans les enquêtes sur les fraudeurs fiscaux à l'étranger.
Le syndicat entend également lutter contre la sous-traitance et défendra le maintien de régimes de pensions à prestations déterminées.
Le mieux-être des employés qui ne doit pas reposer sur «des modèles d'assurance-maladie à but lucratif» fera également partie des revendications de l'IPFPC.