Nakisa Fouladi et une mascotte présentent les gagnants lors de la 16e remise des prix Teddy, décernés par la Fédération canadienne des contribuables (FCC).

Le ministère de l'Emploi, champion du gaspillage

Les nominations étaient encore nombreuses cette année sur le tapis rouge du gaspillage, mais c'est finalement le ministère fédéral de l'Emploi et du Développement social qui est sorti grand gagnant, mercredi, lors de la 16e remise des prix Teddy, décernés par la Fédération canadienne des contribuables (FCC).
Le Sénat n'a pas été oublié non plus et s'est vu remettre un prix reconnaissant « l'ensemble de son oeuvre » des 147 dernières années, à un coût de « production » annuel de 105 millions $.
Le ministère de l'Emploi et Développement social a remporté le titre au niveau fédéral, pour avoir dépensé 2,5 millions $ dans une campagne de publicité vantant un programme qui n'existe toujours pas, puisqu'il fait toujours l'objet de négociations entre Ottawa et les provinces. Les publicités avaient été diffusées pendant les dernières séries de la coupe Stanley.
« Le gouvernement fédéral n'a pas attendu de voir si le programme existait. Il est allé de l'avant en dépensant 2,5 millions $ pour un blitz promotionnel expliquant aux Canadiens l'excellence de ce programme non existant de création d'emploi », a fait valoir le président de la FCC, Gregory Thomas. Ce dernier a expliqué qu'il souhaitait que la remise de ces prix puisse être « le début de la fin » pour ces nombreux cas de gaspillage de fonds publics.
L'histoire du prix
Les nommés étaient en grand nombre pour obtenir un des Teddy, prix décerné aux responsables des pires cas de gaspillage en l'honneur de Ted Weatherill, un ancien mandarin fédéral qui avait demandé le remboursement de factures jugées farfelues en 1999, dont un lunch pour deux qui s'élevait à 700 $.
Plusieurs nominations
Le ministère fédéral de l'Agriculture était en lice pour « le pire programme d'aide alimentaire de l'histoire » avec sa subvention de 50 000 $ pour servir 150 repas de « poutine, de bacon et autres mets canadiens » à des citoyens aisés vivant dans un quartier chic de Mexico.
L'École de la fonction publique du Canada était également du nombre, pour avoir dépensé 1,7 million $ pour des contrats accordés à six consultants entre 2008 et 2011, contrats qui ne respectaient pas les règles en place selon l'analyse de l'ombudsman de l'approvisionnement.
Quant à l'Agence du revenu du Canada, elle était également en nomination pour avoir perdu une cause visant à récupérer 4,6 millions $ d'une entreprise pétrolière, parce qu'elle avait omis de produire en cour l'enveloppe datée dans laquelle elle avait transmis un document de cotisation.
Enfin, la Défense nationale était également sur les rangs pour gagner un Teddy, pour avoir dépensé 14 000 $ afin de demander aux Canadiens quels pouvoirs les superhéros possèdent.
« La vraie question qu'il aurait fallu poser était de savoir si cette dépense a poussé les contribuables à se cogner la tête sur un mur », a fait valoir avec ironie le président de la FCC.